RETOUR A LA PAGE D'ACUEIL

CHRONOLOGIE APOLLO

MOBIL LAUNCHER APOLLO SATURN 5

LA WHITE ROOM DES LUT

Pour que les astronautes puissent pénétrer dans leur cabine Apollo installé au sommet du lanceur Saturn, ils utilisent comme pour Gemini une salle blanche à environnement contrôlé, communément appelé la "white room" ou Environmental Chamber. Elle est fixée au bout d'un bras de service et vient se coller contre l'écoutille de la cabine.    

Le complexe 34 des Saturn 1B est le premier à être équipé d'une salle blanche. Le bras d'accès n°5 permet d'entrer ou de sortir du module de commande à travers la salle blanche en compensant les mouvements entre le lanceur et la tour. Comme pour les autres bras de service qui alimentent le lanceur en carburant, fluides et gaz, il est réalisé en alliage d'aluminium. De section rectangulaire, il mesure 7 m de long (6 sections) pour 2 m de hauteur et 1200 kg. Il est attaché à l'un des coin de la tour ombilicale au niveau 180 (54 m au dessus de la mer). Une structure intermédiaire à deux sections (2 m de long environ) permet de raccorder la salle blanche. 

LUT white room 65c-8412.jpg (376953 octets)    LUT white room platform arm5.jpg (283170 octets)    LUT white room 65c-8417.jpg (387057 octets)

La structure principale de la salle blanche est en aluminium comme les murs faisant office de parois. A l'intérieur, la pression est légèrement plus élevé que la normale afin de garantir un environnement propre dans le module de commande (0,075 psi). Les premières études sur la white room pour Apollo débutent en mai 1962 et se terminent à l'automne 1963. 

La salle blanche est réalisée en aluminium avec de minimiser les charges, elle ne pèse que 1400 kg, et mesure hors tout 2,4 m de coté, 2,7 m de long sur 3,10 m de hauteur. L'intérieur de la salle est peint en blanc et peut accueillir l'équivalent de 5 personnes (2 m sur 2,3 et 2 m sous plafond). Une porte accordéon à deux battants en permet l'accès en venant de la tour ombilicale. Une autre à l'opposé permet l'accès à la tour de service lorsqu'elle est en position contre le lanceur. 

LUT white1.jpg (172903 octets)    LUT white2.jpg (136820 octets)

La partie avant de la salle blanche sur laquelle se colle la cabine est extensible. Elle est montée sur une plateforme roulante qui coulisse dans la structure principale. Un joint soufflet en caoutchouc relie les deux parties. Un système pneumatique permet de précisément coller la salle blanche contre le module de commande. Le même système permet de régler la position de l'avancé contre l'écoutille d'Apollo. Un joint permet un contact très précis avec le module de commande. A l'extérieur, des crochets attachent mécaniquement la partie avant à la structure du LES. 

Pour les opérations d'assemblage du lanceur sur le pad, le bras est en position "étendue" afin de laisser le passage à la tour de service. La grue au sommet de cette dernière permet de monter les étages ensemble jusqu'au vaisseau. A ce moment, le bras et la salle blanche est collé contre le module de commande. Le jour du lancement, la tour de service est reculée, les astronautes prenant place dans le module à T-60 minutes. Ils ferment l'écoutille interne tandis que le personnel du pad l'écoutille extérieure. Le pad est évacué à T-30 minutes et le bras détaché de la tour LES, mis en position d'attente. Il pourra se recoller en 30 secondes au cas où. Le fait de détacher la salle blanche du LES permet d'armer le système d'éjection, puisque le LES ne peut pas être mis à feu lorsque la salle est attachée au CM.  

LUT white room KSC-66PC-232.jpg (297953 octets)    LUT white room S66-50201.jpg (231266 octets)

Le bras de service 4 et la salle blanche sont installés sur le pad 34 pour le vol AS 201 en février 1966, AS202 en août 1966 et Apollo 1 en janvier 1967. Le pad 37B ne sera jamais équipé pour les vols habités. 

LUT white room A1 S67-17042.jpg (279648 octets)

LUT white room A1.jpg (1238959 octets)

La salle blanche du pad 34 lors de l'accident d'Apollo 1 et lors des opérations de démontage du CM

La salle blanche qui est montée sur les LUT Saturn 5 est la même que celle du pad 34. Elle équipe le LUT 1 pour l'opération 500F en 1966 et Apollo 4 en novembre 1967 puis le LUT 2 pour Apollo 6 en avril 1968. 

LUT KSC-66C-4983.jpg (187734 octets)    LUT KSC-66C-4984.jpg (257088 octets)

LUT white room A4 67-HC-552.jpg (466136 octets)

La salle blanche du LUT 1 en cours de montage pour l'opération 500F et pour le vol Apollo 4 en novembre 1967.

LUT white tower2 01.gif (202259 octets)    LUT white tower2 02.gif (123736 octets)

LUT white room A6 19680200.jpg (227032 octets)    LUT white room A6 KSC-68PC-30.jpg (587732 octets)

Montage de la salle blanche du LUT 2 pour le vol Apollo 6 en avril 1968

Après l'accident d'Apollo 1, le module de commande est profondément modifié. L'écoutille d'accès est également modifié afin de permettre une ouverture plus facile aussi bien de l'intérieur que de l'extérieur. La salle blanche et les procédures d'évacuation de la tour ombilicale sont également changées. Un système de panier glissant est mis au point. Il permet grâce à un câble tendu de la tour jusqu'au sol d'évacuer les astronautes et le personnel du pad à 350 m de distance. Dans la tour sont ajoutés des équipements de lutte contre le feu, masques à gaz, tenues anti-feu, détection de gaz, un système d'arrosage par aspersion et de nouvelles lumière de secours. La partie avant de la salle blanche qui se colle sur le module de commande est redessinée, plus large, son plancher est mis au même niveau que le reste. De même, la marche au bout du bras de service est supprimée. La porte d'accès à la salle s'ouvre maintenant en deux parties. A l'intérieur est rajouté une ventilation pour extraire les fumées et des caméras. La séquence de rétraction est aussi modifiée afin de permettre son retour rapide contre le module de commande à T-30 minutes. Le bras n°9 pivotait à l'origine de 120° contre la tour et mettait 30 secondes pour se reconnecter au module. Dans les nouvelles procédures, le bras se rétracte de seulement 12° et revient en position contre le module en 8 secondes. Le bras ne sera complètement rétracté contre la tour qu'à T-5 minutes. En août 1967, le bras et la salle blanche sont testé au centre Marshall dans la "ferme des bras", le Swingarm Farm avec une maquette du module de commande. Le bras n°9 testé destiné au Saturn 1B est un prototype. La première version version de vol est livré au centre Marshall mi septembre, testé et renvoyé au KSC en octobre.

LUT white room diagram1.jpg (407860 octets)    LUT white room diagram4.jpg (251004 octets)    LUT white room diagram6.jpg (277940 octets)

Vue générale de la "white room", le système d'accroche du LES, la plateforme avant extensible. L'ensemble hors tout mesure près de 6,4 m sur 2,4 de large

LUT white room diagram2.jpg (276517 octets)    LUT white room diagram3.jpg (346035 octets)    LUT white room diagram5.jpg (295947 octets)

La paroi intérieure de droite, le fond de la salle et vue latérale de la plateforme mobile 

La nouvelle salle blanche est installée sur le pad 34 pour la mission Apollo 7 en octobre 1968, elle est numéroté "2". 

.LUT A7 68-H-618.jpg (271754 octets)    LUT white room egress seq A7.jpg (1122110 octets)

LUT  A7 KSC-68PC-116.JPG (411559 octets)

3 nouvelles salles blanches vont équipées les LUT Saturn 5. La salle blanche n°3 est montée sur le LUT 1 pour la mission Apollo 8 et 11), la salle n°4 sur le LUT 2 pour Apollo 9 et 12 et 14 et la salle n°5 sur le LUT 3 pour Apollo 10, 13, 15, 16 et 17. Apparemment, il n'y a pas de salle blanche n°1.

LUT A8 S69-15526.jpg (402511 octets)    LUT white room A8 KSC-68PC-148.jpg (485957 octets)

Apollo 8

LUT white room A9.jpg (865901 octets)

Apollo 9

LUT A10 69-H-386.JPG (230642 octets)    LUT white room A10 S69-33854.JPG (361277 octets)

Apollo 10

LUT A11 69-HC-0440.JPG (332009 octets)    LUT white room A11 KSC-269C-3292.jpg (230895 octets)    LUT white room A11 69-HC-0717.JPG (1052203 octets)

Apollo 11

LUT A12 69-H-1667.JPG (274165 octets)    LUT white room A12 S69-51308.JPG (467230 octets)

Apollo 12

Pour Apollo 12, un cache est mis pour protéger la plateforme extensible de la salle blanche n°4 lorsqu'elle est rétractée. Il en sera de même pour la salle n°5.

LUT white room A13 KSC-70C-1049.JPG (757924 octets)

Apollo 13

    LUT A14 KSC-71P-93.JPG (292794 octets)    LUT White room A14 KSC-70PC-642.jpg (730196 octets)

Apollo 14

LUT White room A15.jpg (90313 octets)

Apollo 15

LUT white room A16 PDVD_029.JPG (49658 octets)    LUT A16 KSC-72P-0082.jpg (293196 octets)

Apollo 16

LUIT white room A17 72-HC-0703.jpg (217049 octets)

Apollo 17

Après la mission Apollo 11, la salle n°3 du LUT 1 est enlevée. Elle sera remplacée par la salle n°4 du LUT 2 après la mission Apollo 14. Ce dernier lançant la station Skylab inhabitée n'en aura pas besoin. Seul une petite salle blanche sera installée sur le bras de service 6A pour desservir l'atelier orbital pendant les opérations sur le pad. Cette salle n° 3 est probablement celle exposée au KSC depuis 1977 au bout de son bras de service.

Le LUT 1 avec la salle blanche n° 4 lance les 3 missions Skylab habitées et le vol commun ASTP. 

LUT white room SL2 PDVD_002.JPG (40171 octets)

Skylab 2
LUT CM Access 01.gif (235932 octets) Le bras d'accès n°9 du LUT Saturn 5 peut être commandé du LCC ou de la tour en cas d'anomalies. Il se rétracte de 12° à T-43 mn, pouvant revenir se connecter rapidement en cas de problèmes. De cette position, il se replie à l’opposé des autres bras en 12 secondes à T-5 mn. Il est à 97,5 m du sol, niveau 320. A ce niveau, l’équipage ou toute autre personne peut évacuer la tour grâce à une passerelle qui la contourne, monter dans des paniers sur glissière et rejoindre le sol à 550 m de la tour en 40 secondes.     
LUT CM Access 02.gif (306489 octets)

LUT CM Access 03.gif (222867 octets)

LUT CM Access 04.gif (284780 octets)

 

En 1971, le LUT 2 est retiré des vols après Apollo 14 et est assigné à Skylab. C'est lui qui lancera la station en 1973. C'est un Saturn 5 a deux étage actif qui se charge de l'opération, le troisième étage étant la station elle même, le "workshop" l'atelier de travail des astronautes. A l'avant de l'étage se trouve le module d'arrimage et l'observatoire ATM, le tout recouvert d'une coiffe. Conséquences, la bras n°9 est repositionné au niveau 240 contre le "workshop" et la salle blanche n°4 enlevée. Un sas la remplace permettant l'accès dans le Skylab par l'intermédiaire d'une entrée dans le réservoir mesurant 90 cm sur 32 et fixée par 224 boulons. LUT white room skylab.jpg (218538 octets)

LUT white room skylab KSC-72PC-489HR.jpg (505614 octets)

 
Guenther F Wendt est le "Pad Leader" lors des vols Mercury, Gemini et Apollo. Cet ingénieur allemand immigré aux USA en 1949 travaille chez Mc Donnel Aircraft comme ingénieur mécanique responsable des tests du vaisseau spatial, de son contrôle et des opérations de lancement pour les missions Mercury et Gemini. Il est le dernier à voir les astronautes avant leur départ pour l'espace. Il commence sa carrière en lançant les singes Ham et Enos à bord d'une cabine Mercury.

Quelques temps avant le tout premier vol Mercury, Jack King, (Public Affairs Officer) avait autorisé la presse à venir filmer une reconstitution des derniers instants avant le vol, c'est-à-dire le moment ou l’astronaute prend l’ascenseur pour accéder à la capsule. Le film devait passer à la télé le jour du premier vol. (Le jour J, les journalistes ne seraient pas autorisés à accéder au pas de tir). Étaient présents, Bill Douglas, médecin, Joe Schmitt, « Suit Technician », Gordon Cooper, en combinaison et Guenter Wendt ! Tous les quatre quittent le Hangar S et montent dans un van de la NASA direction le pad…
« Voilà ce que nous allons faire » dit Cooper. Douglas et Schmitt regardent Guenter Wendt éberlués lorsque Gordon Cooper leur annonce ce qu’il veut faire ! Guenter Wendt : « Tu vas tous nous faire virer ! » Cooper : « Qu’est ce qu’il y a Guenter ? Tu as les chocottes ? » Guenter Wendt : »Allons-y !»
Ils descendent du van, accueillis par de nombreux photographes et cameramen. Jack King, fièrement, ouvre la marche et Gordon Cooper dans sa combinaison immaculée, portant sa « valise d’oxygène », joue son rôle d'intrépide astronaute. Tous sont déjà entrés dans l’ascenseur lorsque Cooper s’arrête, regarde la fusée Redstone de haut en bas, comme s’il la voyait pour la première fois, s’accroche à la porte et hurle : « Non… Non, je ne veux pas y aller ! ». Guenter Wendt et les autres l’attrapent comme ils peuvent, le forcent à monter dans l’ascenseur et claquent le rideau métallique ! Alors qu’ils sont tous morts de rire, ils entendent la voix hystérique de Jack King : « Éteignez toutes les caméras, plus de photos ! »
Dans le numéro d’ « Aviation Week » paru quelques jours plus tard, les journalistes du magazine ont demandé le renvoi de Joe Schmitt et Guenter Wendt et ont proposé que Gordon Cooper et Bill Douglas soient dégradés, tous les deux étaient encore militaires. A compter de ce jour, chaque fois que Guenter Wendt et Gordon Cooper se sont vus, ils se sont appelés : « soldat de cinquième classe ».
Pour son dernier vol dans l’espace (Gemini 5), lorsqu’il est entré dans la « White Room », Gordon Cooper s’est mis au garde à vous devant Guenter Wendt et en le saluant a dit « Soldat de cinquième classe au rapport ».

C'est John Glenn, lors d'un entraînement qui le premier lui a dit : "You're just like the führer !" Tout le monde a éclaté de rire, et surtout le principal intéressé, depuis ce jour il est devenu le "Führer of the Launch Pad".

En 1965, Guenter Wendt avait décidé de faire installer un deuxième téléphone dans la White Room, une sorte de « téléphone rouge », dont le numéro ne serait connu que de lui et de quelques responsables du programme et ne devait servir qu’en cas d’urgence… A peine installé, le téléphone sonne… Au bout du fil : « Euh… Est-ce que je pourrais parler à Mr Jones ? » « Il n’y a pas de Mr Jones ici ! » et il raccroche. Quelques heures plus tard le téléphone sonne à nouveau : « Je voudrais parler à Mr Jones, s’il vous plait » … Après quelques jours, excédé, il finit par faire changer le numéro par la compagnie de téléphone... Le lendemain le téléphone sonne : « Mr Jones… je souhaite parler à Mr Jones » Le manège continu quelques jours et Guenter Wendt hors de lui, fait à nouveau changer le numéro. Rien n’y fait, les appels ne s’arrêtent pas. Et comme c’est la « hot line » il se précipite toujours sur le téléphone car il s’attend à un appel important !
Un jour, il arrive dans la White Room et y trouve plus de monde qu’à l’accoutumée… Le téléphone sonne, il prend le combiné, au bout du fil une voix demande : « Euh… bonjour, ici Mr Jones, est-ce que j’ai des messages ? » En voyant la tête de Guenter Wendt, tous les techniciens éclatent de rire.
Il s’avéra qu’un des collaborateurs de Guenter Wendt avait travaillé dans une compagnie de téléphone et connaissait un numéro spécial qui permet de savoir le numéro du poste à partir duquel on appelle ! Chaque fois que Guenter Wendt faisait changer le numéro, il n'avait aucun mal à le trouver !

Le vol GT-9 de Stafford et Cernan ayant été reporté deux fois, au moment de prendre l'ascenseur ils purent voir un écriteau qui disait : "Le bouton qui permet de redescendre a été désactivé" En sortant de l'ascenseur, Deke Slayton qui les accompagnait, leur tendit une grosse allumette d'environ 1 mètre en leur disant :" Au cas ou vous auriez du mal à allumer la bougie".

A maintes reprises, pendant l'entraînement de son vol Gemini 10, John Young s'est plaint d'avoir du mal à commuter les boutons de commande avec ses gants, pour éviter d'actionner un bouton par inadvertance, il a demandé s'il pouvait se servir d'une pince. Pas question lui a t-on répondu !
Le jour du vol, Guenter Wendt lui a présenté une pince géante, d'environ 1m50, fabriqué en Styrofoam et papier alu. Young ne s'est pas démonté :"Tu m'aides à la ranger " Quelques temps plus tard, John Young lui a confié qu'il avait planqué une pince dans sa combinaison.
"John Young n'était pas du genre à se laisser "embarrasser" par les procédures quand il voulait que le travail soit bien fait" Guenter Wendt

Le 11 novembre 1966, avec Gemini 12, Jim Lovell et Buzz Aldrin clôturaient le fabuleux programme Gemini. Lorsqu’ils sont descendus du van pour prendre l’ascenseur, chacun avait un écriteau dans le dos, et les deux, côte à côte, formaient les mots THE END. Pour la plupart des employés de chez Mc Donnell, c’était la fin également… C’est North American Aviation qui avait remporté le contrat du CSM. Ce jour là, dans la white room, Jim Lovell remit à Guenter Wendt un chèque géant de 1 million de Deutsch Mark, en lui disant : «  persévérance paie ».
Au cours du repas organisé après le vol (post flight dinner party – il s’agit d’une coutume datant du premier vol de Sheppard, où seuls les astronautes, les employés, les familles, se réunissent autour d’une bonne table… c’est l’occasion pour les astronautes de donner des détails sur leur vol… détails que nous ne connaitrons jamais !).
Alors que Lovell et Aldrin sont debout, racontant leur vol, deux policiers font irruption dans la salle, s’avancent et demandent : « Messieurs, êtes vous James Lovell et Edwin Aldrin ? » Immédiatement le silence se fait dans la salle. Lovell et Aldrin se regardent, ne comprennent pas ce qui se passe « euh…oui monsieur…c’est nous » Les deux policiers sortent alors leurs menottes, et l’un d’eux annonce, d’une voix suffisamment forte pour que chacun entende bien : « Nous avons un mandat d’arrêt contre vous ! » Lovell et Aldrin sont abasourdis. « Qu’est ce qu’on nous reproche ? » Il y a un homme au fond de la salle qui a porté plainte, car vous lui avez remis un chèque sans provision ! Les deux astronautes scrutent les personnes au fond de la salle… lorsque Guenter Wendt se lève et leur crie : « Je vous ai eu ! (Gotcha !) Guenter Wendt avait contacté deux amis à lui, de la police de Cocoa Beach pour faire une petite blague !

C'est Mc Donnel Aircraft qui construisait les cabines Mercury et Gemini. North American ayant été choisi pour développer le CSM d'Apollo, ce sont leurs employés qui ont repris le contrôle des pas de tir. Guenter Wendt a donc du quitter le cap...

Après le drame d'Apollo 1, les astronautes dont Schirra et des responsables de la NASA ont demandé à North American de l'engager afin qu'il puisse reprendre ses fonctions de Pad Leader, job dont il s'était magistralement acquitté tout au long des années Mercury et Gemini. North American a donc embauché le "pad führer", qui a pu reprendre son poste. Avec son équipes de 5 techniciens, il s'occupera de l'installation des astronautes Apollo jusqu'en 1975. Lorsqu'il referme l'écoutille d'Apollo 7 sur l'équipage, Don Eisele en profitera pour demander “I wonder were Guenter vent?”, qui deviendra avec l'accent allemand "I vonder vere Guenter vent" !

LUT white room guenther A7 KSC-68PC-190.jpg (461392 octets)    LUT white room guenther A8 KSC-68PC-337.JPG (352689 octets)

LUT white room guenther A9 KSC-69PC-18.jpg (422281 octets)    LUT white room guenther A10 S69-35317.JPG (218617 octets)

La veille de son départ pour la lune sur Apollo10, Gene Cernan roulait un peu trop vite en retournant au Cape, et se fait rattraper par une voiture de police. Là un policier lui demande ses papiers et demande de lui donner son identité. Gene, qui avait reçu de la part de Deke Slayton l'ordre de ne donner son identité à personne (surtout la presse) avant son départ ne se contentait de répondre que "peut-être, mais je ne peux pas confirmer" lorsque le policier (qui ne l'avait pas reconnu) lui demandait de confirmer les informations des papiers. Le policier décide alors de l'emmener au poste (imaginez un peu un astronaute au poste de police moins de 24h avant son départ pour la lune ...), quand, miracle, Guenter passait par là en voiture et s'est occupé de parler au policier en lui montrant la Saturn V illuminée quelques km plus loin. Ce dernier est revenu vers Cernan en disant "après ce qu'on vient de me dire, je pense que vous êtes cinglé pour raconter cela, mais comme l'excuse est bonne je vous laisse partir" (croyant toujours avoir à faire à un mythomane). Slayton ne voulait pas qu'il donne son identité car l'après-midi de la même journée, Gene avait pu (par miracle vu les emplois du temps) aller à la plage avec sa famille, et Deke ne voulait pas que des histoires fumeuses de la presse entachent le lancement. En fait Cernan était supposé être en "quarantaine", on était effectivement à 24 heures du vol et Cernan aurait du rester dans le O&C Building. Heureusement pour lui, Guenter Wendt passait par là et s'est arrêté. Cernan ne voulait pas que l'on sache qu'il avait fait le mur, il n'a pas dit qu'il était un astronaute. Guenter Wendt à sorti son badge de la NASA et a expliqué au policier que Cernan était l'un des astronautes qui devaient partir pour la lune le lendemain et que s'il fallait appeler ses supérieurs pour le récupérer au poste, Cernan aurait certainement de gros problèmes. Dubitatif, le flic l'a laisser partir en lui disant :"Dégagez d'ici et allez sur votre lune !" ("Get out of here, and go to your moon !")

LUT white room guenther A11.jpg (827470 octets)

Apollo 11, Guenter a offert un clef en mousse pour la lune à Armstrong, longue de plus d'un mètre. L'astronaute lui offrit un ticket pour un voyage en taxi valable entre deux planètes au choix ! Michael Collins donnera en cadeau à Guenther une truite sur un grand cadre en bois. Les deux hommes étaient de fin pêcheur. Il s'agissait d'une vrai truitelle congelée ! Wendt raconte qu'il a longtemps gardé ce cadeau dans son congélateur, avant de la confier à un taxidermiste d'Orlando, afin de pouvoir l'accrocher dans son bureau !

LUT white room guenther A12 KSC-69PC-676.jpg (343230 octets)    LUT white room guenther A13 KSC-70PC-111.JPG (295536 octets)

LUT white room guenther A14 KSC-71PC-102.JPG (442158 octets)

Apollo 14, Alan Shepard offre à Guenther de guerre un casque allemand sur lequel il est écrit “Col Guenter Klink” en hommage à la célèbre série US Hogan’s Heroes (Papa Shultz en france).! Le problème c'est que le tout est passé en direct à la télévision et que Kurt Debus, le patron du KSC furax l'a convoqué pour lui passer un savon.

LUT white room guenther A15 71-HC-988.jpg (317894 octets)    LUT white room guenther A16 KSC-72PC-170.JPG (335868 octets)    LUT white room guenther A17 72-HC-855.jpg (283734 octets)

Guenter Wendt a été un des grands artisans dans la gestion et la sécurité autour du pas de tir. Lorsqu'on lui demandait "ressentiez-vous une certaine émotion lorsque vous seriez la main des astronautes qui partait pour écrire l'histoire et qui pouvaient ne jamais revenir ?" "Non non, aucune émotion, j'avais déjà en tête les 172 instructions à faire avant de quitter le pad, les astronautes aussi étaient pressés, nous n'avions pas de temps à laisser à l'émotion". Lors de la mission 51L, il est responsable pour "Flight and Ground Crew Safety". L'équipe de Guenter Wendt avait émit de sérieuses réserves, compte tenu de la température et des morceaux de glace qui s'étaient formés un peu partout, le compte à rebours fut suspendu, le temps de laisser à la glace le temps de fondre... Vers 11:15 le "ice team" a effetué une nouvelle inspection et a donné le Go...
Guenter Wendt a pris sa retraite en janvier 1989  après 34 ans au KSC. L'homme ne reste pas très loin des pads puisqu'il vit à Titusville tout près du KSC. En 1993-94, il est immortaliser par Tom Hank dans le film Apollo 13 de Ron Howard avec la célèbre réplique "I wonder where Guenter Wendt?". Par la suite, il devient consultant pour la série "From Earth tio the moon".

Le 20 juillet 1999, après 38 ans, presque jour pour jour, Liberty Bell 7 est récupérée du fond de l’océan où elle avait sombrée, le 21 juillet 1961 ! Un homme, présent sur le navire s’approche et murmure : « Laissez-moi la toucher après 38 ans ! » Les revoilà face à face, lui et la capsule numéro 11 des usines Mc Donnell Aircraft de St Louis, Missouri. C’était comme revoir une vieille ami, sauf qu’il aurait aimé entendre la voix de Gus par-dessus son épaule disant : « Elle est superbe, n’est ce pas ? » Cet homme, c’est Guenter Wendt, le dernier à avoir touché Liberty Bell 7 avant son départ dans l’espace ! Guenter semble toujours "lié" aux vaisseaux qu'il a entretenu sur les pad de tir.

De temps à autre, on peu l'apercevoir au KSC parler avec les astronautes et les techniciens qui travaillent sur le Shuttle (ici dans la salle blanche pour STS 119).

Guenther Wendt est décédé le 3 mai 2010 à l'age de 85 ans. Il laisse 3 filles.

LUT white room guenther autofraphe.jpg (684275 octets)

Guenther et moi lors de la rencontre avec les astronautes en novembre 2008

Grand merci à Olivier Couderc pour les traductions des anecdotes de Mr Wendt

Où sont passées les 5 salles blanches utilisées pour Apollo ?

Charlie Bell, célèbre collecteur de Titusville aurait acheté au gouvernement la salle blanche du pad 34 en 1973, celle d'Apollo 7, la n°2 dans le but de la restaurer avec quelques collectionneurs. Apparemment cela ne s'est pas fait et la salle est toujours dans un dépotoir à coté de sa maison.

Depuis 1976-77, une salle blanche est en exposition au KSC Visitor. Elle a été durant l'exposition sur le bicentenaire des USA en juillet 1976 exposée dans le VAB attachée au bras de service 9 du ML 1. Le design est celui d'une salle des LUT Apollo, seconde génération. Il s'agirait de la salle n°3 utilisé sur le LUT 1 pour Apollo 8 et 11, elle n'a pas sur l'arrière de cache protégeant la plateforme extensible lorsqu'elle est rétractée. Selon d'autres sources, ce serait celle du pad 37B, jamais utilisée ou celle du pad 34.

 LUT white room KSC 1977.JPG (285942 octets)

La salle blanche au KSC Visitor en 1977

LUT white room KSC img_1421.jpg (224876 octets)    LUT white room KSC img_2087.jpg (380017 octets)

La salle blanche du KSC, 2008

LUT white room KSC img_2089.jpg (320978 octets)    LUT white room KSC img_2093.jpg (240992 octets)

La salle blanche n°4 du LUT 1 Milkstool a été démonté lors du démantèlement de la tour durant l'été 1983. Elle est ainsi resté des années au milieu d'un terrain vague, le "boneyard" dans la ZI du centre spatial. Par la suite, elle a été récupéré par l'équipe de Tom Hank et restauré pour le film Apollo 13 et la série "From the earth to the moon". Le musée Cosmosphère dans le Kansas la ensuite récupéré et mis en exposition au début des années 2000.

       

        

Photos: W. David Compton (http://heroicrelics.org/)

LUT white room cosmosphere 04.JPG (42053 octets)    LUT white room cosmosphere 05.JPG (55802 octets)

Une des salles ayant équipé le pad 34, peut être Apollo 7 (salle n°2) ou la salle n°5 du LUT3, puisque elle a le carénage de protection arrière  était à l'abandon dans un bois au US Space and Rocket Center à Huntsville, Alabama. Restauré, elle est depuis juillet 2010 exposé au hall Saturn du Davidson Center for Space Exploration.

     

   

 

ML APOLLO Structure de la plateforme