LA STATION I.S.S

 

2015

10 janvier, Space X lance depuis le pad 41 de Cap Canaveral une Falcon 9 surmonté du vaisseau cargo CRS 5 Dragon. Le 12 janvier, la cabine est récupérée par le bras robot d'ISS. Elle restera attachée 4 semaines.

L'année 2015 démarre pour les occupants d'ISS par le déchargement du Dragon 5. La cabine de Space X emporte 2395 kg d'équipements dont 1900 kg dans la partie préssurisée.

Le 14 janvier une fuite d'ammoniaque est détectée, l'équipage est obliger de se réfugier dans le secteur russe et d'y passer la nuit. Apparemment, il s'agirait d'une fausse alerte due à un capteur défaillant. Le 17, ce sont les toilettes qui tombent en panne.

23 janvier, la charge utile CATS apporté dans la section tronconique arrière du Dragon 5 est déplacée vers le module Japonais JEM où elle étudiera les aeroslas et nuages dans l'atmosphère terrestre.

Février, les partenaires et la NASA annoncent les noms des futurs équipages d'ISS en 2016. Jeff Williams,  Alexey Ovchinin et Oleg Skripochka feront partie de l'expédition 48. Kate Rubins, Anatoly Ivanishin et Takuya Onishi, (JAXA) feront partie de l'expédition 48/49. Shane Kimbrough, Andrey Borisenko et  Sergey Ryzhikov feront partie de l'expédition 49/50. Enfin, Peggy Whitson, Oleg Novitskiy et Thomas Pesquet, ESA feront partie de l'expédition 50.
L'astronaute Kate Rubins, sélectionnée en 2009 partira en mai 2016, Shane Kimbrough a volé sur STS 126 et Peggy Whithson a déjà séjourné 2 fois 6 mois sur ISS (337 jours au total).

5 février, le CubeSat AESP 14 est mis en orbite depuis la station par le bras robot du module Japonais Kibo. Le satellite de 1 kg étudiera le plasma environant la terre. Il était monté à bord avec la cabine Dragon 5.

10 février, la cabine Dragon 5 est détaché de la station par le bras robot SSRMS. Elle amerrit dans le pacifique avec à son bord 1662 kg d'équipement.

14 février, l'ATV "Georges Lemaire" se détache d'ISS. Le cargo de l'ESA est resté 186 jours attachées sur le module Zvezda. A son arrivée, il apportait 6500 kg d'équipements pour l'équipage d'occupation. A son départ, il emporte 2500 kg de déchets qui iront se consumer dans l'atmosphère au dessus du Pacifique. En plus de sa mission de cargo, l'ATV a reboosté l'orbite de la station grâce à ses moteurs.

17 février, Progress M 26M est lancé de Baikonour et rejoint en 4 orbite la station sur le port arrière de Zvezda libéré par l'ATV. Il emporte 2370 kg d'équipements.

21 février, les astronautes Barry Wilmore et Terry Virts sortent 6 heures et demi dans l'espace pour commencer la reconfiguration de la station en vue des vols commerciaux des cabines Dragon de Space X et CST 100 de Boeing.

Depuis 2011, la configuration d'ISS est restée stable avec à l'arrière la partie ou le segment russe constitué des modules Zvezda (Service module) et Zarya (FGTB) et des sas Rassvet (MRM 1) au nadir, vers la terre et Poisk (MRM 2) au zénith, vers l'espace. Les Soyouz, Progress, ATV s'amarrent soit sur Zvezda, soit sur l'un des 2 sas russes.
Le PMA 1 relie la partie russe et américaine. Il est attaché au module Node 1 Unity. Au zénith, se trouve la poutre Z1 avec de part et d'autres les poutres P1 à P6 et S1 à S6 (panneaux solaire et radiateurs). Au nadir, se trouve le module Leonardo PMM. Sur la droite, le sas Quest et le Node 3 Tranquility. Sur ce dernier se trouve au nadir la coupole et en bout, à gauche le PMA3.
Devant le Node 1, le laboratoire Destiny et le Node 2 Harmony. Devant, le PMA 2 sur lequel s'amarrait le Shuttle, à droite, le module Columbus de l'ESA et à gauche les modules JEM de la JAXA.
Les cargo HTV, Cygnus et Dragon sont positionnés sur le port nadir Node 2 Harmony par le bras SSRMS.
En prévision, les russes doivent lancer le module Nauka (MLM) et les américains avec la société Bigelow un module gonflable qui sera amarré sur l'arrière du Node 3.

Lors des vols STS, le Shuttle était amarré au PMA 2 devant le Node 2 Harmony. Ce dernier a d'un coté le module Columbus de l'ESA et de l'autre le JEM de la la JAXA. Un 3eme PMA est stocké sur le port d'amarrage avant du Node 3. Du fait de sa proximité avec les éléments de la poutre d'ISS, il est inutilisable pour le moment.
Pour l'amarrage des cabines commerciales, il devient nécessaire d'avoir 2 ports autonomes. Le PMA 3 va donc être remis en position sur le port zénith (vers le ciel) du Node 2. Plus tard, des adaptateurs seront installés pour convertir leur mécanisme d'attache avec celui utilisé par les nouveaux véhicules. Ces adaptateurs appelé IDAS, International Docking Adapters seront été livré sur ISS par 2 Dragon courant de l'année CRS 7 et 9. Le Shuttle utilisait le système APAS 95, androgyne, les vaisseaux commerciaux utiliseront un système amélioré avec des aimants pour la capture sollicitant moins la structure de la station lors du "contact", le NDS, NASA Docking System. Le NDS a été développé pour la cabine Orion du programme Constellation en 2004.

Les anneaux IDAS

Le déplacement du PMA 3 sur le port Zentih du Node 2 crée un nouveau problème puisque ce port sert actuellement de port de secours pour les cargo de fret Dragon et Cygnus. Conséquence, le PMM Leonardo sera déplacé du port nadir (du bas) du Node 1 Unity sur le port latéral du Node 3 Tranquility. Le port nadir du Node 1 sera ainsi libéré pour servir en secours au Dragon et Cygnus. Au cours de leur première EVA, les astronautes ont posé des câbles sur le PMA 2 pour installer les anneaux adaptateurs IDAS. Lors des prochaines sorties, ils termineront le câblage et lubrifieront la "main" du bras robot SSRMS. Lors de la sortie 31, les astronautes installeront le câblage du système de communication commun des véhicules commerciaux, le C2V2. Avant avec le Shuttle, la station communiquait par UHF pour les voix mais sans échange de télémétrie. Les vaisseaux commerciaux n'ont pas besoin de canal voix mais utilise différents système de télémétrie. Le HTV et le Cygnus utilise le système japonais PROX et le Dragon le CUCU. Dans l'avenir, les vaisseaux commerciaux utiliseront aussi la voix, la vidéo, les informations de transfert d'ou l'intérêt du système C2V2 qui opérera en bande S.

25 février, nouvelle sortie dans l'espace de Terry Wirts et Barry Wilmore pour terminer le cablage sur le Node 3. Au retour dans le sas, de l'eau est découverte dans le casque de Wirts. Un problème similaire avait été découvert pour de la sortie de Parmitano en 2013.

L'agence spatiale Russe annonce qu'elle continuera d'exploiter ISS jusqu'en 2024 avec la NASA en ajoutant 3 nouveaux modules le Nauka Laboratory Module, le UM Node Module et le NEM, the Science and Power Module. Au delà, ces 3 modules seront séparé de la partie US pour devenir une station autonome. La position des autres partenaires est à définir.

Nauka qui devait être lancé en 2007 est en fait le module "backup" de Zarya mesure 13 m de long pour 4,1 m de diamètre et pése 20 tonnes. Il servira pour la recherche et offrira un nouvel espace de vie pour l'équipage avec des lits supplémentaires.

1er mars, troisième EVA pour Barry Wilmore et Terry Virts. En 5h 38 mn, ils réalisent l'ensemble des taches dévolues, l'installation du système de communication C2V2 pour les futurs véhicules commerciaux, à savoir 2 mats sur les poutres P3 et S3 de la station pour relier 4 antennes au module Destiny. Avant de rentrer à bord, ils ont ausi mis en place des réflecteurs pour guider les vaisseaux au moment de l'amarrage. Les prochaines sorties permettront la mise en place des adaptateurs IDAS. 

3 mars, la NASA envisage d'ajouter 4 missions cargo de ravitaillement supplémentaire avec Space X et Orbital après 2017. 3 vols Dragon et un de Cygnus seraient prévus, faisant ainsi la liaison entre le contrat actuel et le nouveau contrat de cargo commercial que doit passer la NASA pour la période 2018-2020. Pour le moment, Space X a lancé 5 cabines Dragon et Orbital 2 Cygnus. Space X doit lancer son 12e Dragon d'ici août 2016 et orbital son 8e Cygnus d'ici octobre 2016. Le contrat CRS, Commercial Resupply Services passé en décembre 2008 fait suite aux contrat COST, Commercial Orbital Transportation Services. Avec le prolongement d'ISS jusqu'en 2020, la NASA doit sélectionner en juin d'autres candidats pour le contrat CRS 2. Orbital ATK (Cygnus), Boeing (CST 1000), Sierra Nevada (Dreamchaser) et LM doivent postuler. A cela s'ajoutera 4 missions habités commerciales pour le contrat Commercial Crews avec 2 vols de démonstration pour le Dragon V2 et le CST 100 avant un vol piloté USCV 1.

17 mars, Londres, présentation officielle du patch de mission du vol de Sarah Brighman. La chanteuse britannique doit s'envole en septembre vers ISS sur le TMA 18M. Le patch "Chasing Dreams, Shaping Futures."représente les drapeaux des USA, l'UK et la Russie avec au centre une femme qui s'envole pour l'espace

13 mars, Bigelow Aerospace dévoile le modèle de vol de son module habitable gonflable, le Bigelow Expandable Activity Module qui sera installé sur ISS pour 2 ans. La société fondée en 1998 est spécialisé dans le développement de ces modules habitable. Elle a fabriqué son module sous contrat avec la NASA après l'abandon par le congré US du transHab. un premier modèle Génésis 1 a été lancé en 2006 par un lanceur russe Dnepr. Placé sur orbite à 500 km, il a été ensuite gonflé comme un ballon offrant un module expérimental de 4 m de long sur 2,5 de diamètre doté de panneaux solaire de 1000 W, d'un GPS et d'un système de localisation. Un second module légèrement amélioré est lancé en 2007. En 2012, la NASa donne 18 millions de $ à Bigelow pour fabriquer un module pour ISS. Ce module qui sera lancé en 2015 par une cabine Dragon (vol Sp8) ne sera pas équipé de panneaux solaire mais d'un système d'amarrage CBM pour être attaché au Node 3 et d'une prise pour le bras robot de la station. Lorsqu'il sera déployé, le module offrira 16 m3 de volume.

18 mars, il y a 50 ans Alexis Leonov réalisait la première sortie dans l'espace, EVA depuis son vaisseau Voskhod. Il est resté 10 minutes hors de son vaisseau. Un an après, Le 3 juin 1965, l'américain Ed White sortait 21 minutes de la cabine Gemini 4. Pour ISS, les américains on,t réalisé 31 EVA et 178 EVA ont été nécessaire pour assembler la station depuis 1998.

27 mars, lancement du Soyouz TMA 16M vers ISS avec à son bord l'équipage de l'Expédition 43 composé de Scott Kelly (NASA), Gennaldy Padalka et Mikail Konienko (Roscosmos). Kelly et Padalka resteront un an sur ISS, retournant sur terre en mars 2016. Cela permettra de comprendre comment le corps humain réagiy et s'adapte dans l'environnement spatial. Sur terre, le frère jumeaux de Scott, Mark sera suivit médicalement et les données seront comparées au retour.

    

Lancement du Soyouz depuis Baikonour et l'équipage du TMA 16M avec l'équipage "One year crew" Kelly et Padalka

14 avril, lancement du Dragon SpX 6 emportant 2015 kg d'équipements pour ISS.

28 avril, lancement du vaisseau cargo Progress M 27M depuis Baikonour. Après séparation de l'étage supérieur du Soyouz 2.1A, Progress déploie ses 2 panneaux solaire, mais pas les antennes KURS.
D'après le sol et les données du NORAD US, Progress serait sur une orbite plus basse, 123-306 km au lieu de 193-238 km et seulement 2 des 5 antennes KURS se seraient déployées.
Lors de son 3eme passage au dessus de la Russie, aucune télémétrie exploitable du cargo n'est reçue, seule parviennent quelques images en VHF de la caméra filmant les données des antennes KURS. Selon des sources, le vaisseau est sans propulsion, sans contrôle et tournerait sur lui même à seconde. L'altitude très basse du périgée de l'orbite fait penser qu'il va rapidement rentrer dans l'atmosphère si son moteur n'est pas allumé.
Le rendez vous en 4 orbites est annulé, le cargo devrait s'amarrer à ISS en 2 jours soit 34 orbites comme avant 2012. Sur le Progress M-19M, le 24 avril 2013, l'arrimage automatique avait pu se faire avec l'antenne Kurs repliée mais dans la procédure des 2 jours.
Dans la nuit, lors du passage du cargo au-dessus de la Russie, aucune communication n'est établit, seule la position orbitale est affinée avec une altitude un peu plus élevée que prévu laissant au vaisseau quelques jours de répit avant une rentrée dans l'atmosphère. Autre ombre au tableau, l'électricité car les panneaux solaires du Progress n'ont pas pu se caler avec le soleil depuis son lancement.

29 avril, le contrôle au sol n'a pu rétablir le contact avec le cargo, décision est prise de laisser le vaisseau sur son orbite et attendre sa désintégration vers le 7-11 mai.
Ce Progress pesait 7289 kg et 879 kg d'ergols ont été perdu. Depuis 1978 et 2011, les Russes ont lancé 142 Progress. Un a été perdu en août 2011 (M 12M, problème avec le lanceur) et avril 2015 sur 16 autres lancés. Le contrôle d'un Progress a déjà été perdu, il y a 30 ans. Le 25e Progress fut lancé le 19 juillet 1985 et baptisé Cosmos 1669 par discrétion. Le contrôle fut finalement rétabli et il s'arrima à Saliout-7 2 jours et 2 heures après le lancement.

Ce Progress a été lancé par un Soyouz 2-1a, le précédent l'était par une version U. Les russes ont décidé de lancer alternativement les Progress par ces 2 lanceurs afin de vérifier la fiabilité de la version 2-1a. Ce ne sera après 4 succès que cette version lancera aussi les Soyouz. La version 2-1a a été lancé pour la première fois le 8 novembre 2004. Progress M 28M devrait être lancé par un Soyouz U ainsi que Progress MS 2, tandis que la version 2-1a devrait lancé Progress M 29M et le MS 1.

   

Selon l'agence russe Roscosmos, le prochain Progress sera lancé 3e trimestre de 2015 (Progress M-28M) au lieu d'août, et que rien n'avait apparemment été décelé lors des essais au sol, que les télémétries de mesure ont été partiellement restaurées, et qu'il a été remarqué que nombre de modules, capteurs du Progress fonctionnent en mode anormal. Un rapport sera fait avant le 13 mai 2015 pour tenter de voir ce qui a causé cet échec. Pour le moment, il n'y a pas eu de problème lors du lancement, jusqu'à 1,5 secondes avant la séparation. A partir de cet instant, la télémétrie a été perdue et la séparation a eu lieu à l'instant prévu. Plus tard, la télémétrie a été partiellement rétablie. Elle a montré que les systèmes bord ne fonctionnaient pas normalement, la vidéo a montré que le vaisseau tournait sur lui-même à environ 90°/sec.
Le SKKP (équivalent russe du NORAD) a montré que le vaisseau et le troisième étage (Bloc I) étaient sur la bonne orbite, à environ 30km l'un de l'autre. Les essais réalisés aujourd'hui ont montré que le système de propulsion avait perdu son étanchéité.

1 mai, le centre de contrôle annonce la perte du Progress. 44 fragments ont été détectés autour de l'engin laissant penser soit à une explosion, soit à une collision lors de la séparation du 3ème étage du lanceur Soyouz. A présent, Les équipes russes vont s'attacher à surveiller l'engin afin de prévoir son point de chute et sa date, estimée entre le 05 et 07 mai. ensuite viendra le temps de l'enquête qui permettra de statuer sur les prochains lancements qui pourraient être retardés.

8 mai, le Progress se désintégré dans l'atmosphère. La commission d'enquête remettra son rapport vers le 13 mai. La défaillance probable du 3eme étage du Soyouz 2.1b repousse le lancement du TMA à la mi juin. Donc le retour du TMA 15 avec l'italienne est retardé d'un mois. D'autre part, Progress M 28M serait également retardé.

13 mai, Roskosmos publie un premier rapport sur l'échec du Progress M 27M. A H+526 seconde a eu lieu la séparation anormale du vaisseau de son 3eme étage, Progress est 40 km plus haut et l'étage 20 km plus bas. La commission rendra un rapport complet le 22 mai. Le retour du TMA 15M est repoussé& à mi juin, le lancement du Progress M 28M à début juillet et le TMA 17M à fin juillet.

La chanteuse Soprano Sarah Brighman qui devait voler cet automne sur ISS ne fera pas son voyage dans l'espace pour des raisons personnelles.  Eric Anderson, le président de Space Adventures qui a négocié le vol avec les Russes explique que la chanteuse "laisse son tour et demandera à revoler plus tard." La chanteuse avait annoncé son désir d'être une "touriste" en octobre 2012 à Moscou. Elle avait été attribuée au vol TMA 18M dont le lancement était prévu pour septembre. Au cours de son vol, la chanteuse devait réaliser une composition avec son ex-mari Andrew Lloyd Weber sur le thème du rêve. Un CD devait être finalisé par la suite. Sarah aurait du payer 50 millions de dollars pour réserver son vol, mais aucun montant n'a été confirmé. L'astronaute Japonais Satoshi Takamatsu, actuellement à l'entraînement à la Cité des Etoiles de Moscou ne sera pas son remplaçant. Il poursuit depuis janvier un entraînement d'astronaute à la Cité mais n'a pas signé de contrat pour voler à bord d'un Soyouz.

21 mai, le cargo Dragon Spx6 revient sur terre, amérisant dans le Pacifique avec 1200 kg d'échantillons de retour d'expériences. Scott Kelly aidé par le bras SSRMS a détaché le cargo du Node Harmony.
Le prochain cargo Space X partira le 26 juin.

27 mai, à l'aide du bars de la station SSRMS, les astronautes déplacent le module PMM "Leonardo" amarré sur le Node 1 Unity (face à la terre au nadir) sur un des cotés du Node 3 Tranquility, libérant ainsi la pièce d'amarrage du module pour les futurs vaisseaux commerciaux de Boeing et Space X. C'est le premier grand changement de configuration de la station depuis 2011. Le déplacement du PMM a été envisagé dès 2011, quelques mois après sa mise à poste par STS 133.
A l'heure actuelle, les cargo Dragon, Cygnus et HTV viennent s'amarrer face à la terre sur le port nadir du Node 2 Harmony avec en backup le port zenith vers l'espace.

Le port nadir du Node 1 Unity libéré servira de second port d'amarrage, backup pour les vaisseaux commerciaux dragon, Cygnus et HTV. A la fin de l'année, le HTV 5 devrait s'y amarrer. Le cargo sera d'abord attaché au port nadir du Node 3 Harmony avant d'être ensuite déplacer sur le port d'amarrage d'Unity. Dans l'été, le PMA2 sera convertie pour accueillir les vaisseaux commerciaux grave au IDS (EVA de Kelly et Lindgren). Le PMA3 sera déplacer du coté gauche du Node 3 vers le port zenith du Node 2 en octobre. Un autre IDS sera amené pour équiper le PMA3. Le module gonflable BEAM lui sera positionné sur l'avant du Node 3 pour 2 ans.

   

29 mai, la NASA a passé un accord avec Boeing pour la réalisation du premier vol commercial privée avec la cabine CST 100 fin 2017. Space X devrait recevoir le même accord.

6 juin, l'astronaute italienne de l'ESA Samantha Cristoforetti, 38 ans bat le record de durée dans l'espace détenu en une seule mission par une femme. L'astronaute a ainsi dépassé les  194 jours, 18 heures 2 minutes en orbite de Sunita Williams en juin 2007. Samantha doit revenir sur terre le 11, elle sera resté 199 jours dans l'espace. L'astronaute de l'ESA est la 59eme femme a être aller dans l'espace.

 

Samantha photographié en avril dernier dans la coupole après la capture de la cabine Dragon.

9 juin, Roscosmos annonce le lancement du prochain Soyouz TMA 17 entre le 23 et 25 juillet, le TMA 18 pour le 15 décembre avec des lanceurs Soyouz FG. 3 Progress ravitailleront la station le 3 juillet, 21 septembre et le 21 novembre, deux lancés par un Soyouz U, le premier MS par un Soyouz 2.1a.

11 juin, l'équipage Anton Shkaplerov, Samantha Cristoforetti and Terry Virts  de l'expédition 42/43 retourne sur terre à bord de la cabine TMA 15M après un vol de 199 jours et 16 heures.

22 juin, c'est le cosmonaute Kassakh Aidyn Aimbetov, 43 ans (avec Serguei Prokopiev en doublure) qui remplacera la chanteuse britannique Sarah Brightman en septembre sur le Soyouz TMA 18. Le vol est en fait en deal entre la Russie et le Kazakhstan puisque ce dernier loue depuis 1991 à la Russie le cosmodrome de Baikonour. Ce vol facturé 35 millions $ fait partie des 1115 millions $ annuel de la location. Le 2 juin dernier, les premiers ministres adjoints respectifs des 2 pays célébraient les 60 ans d'utilisation du site en territoire Kazakh. Aidyn Aimebetov et Mukhtar Aymakhanov avaient été sélectionné en 2000 pour un vol sur ISS, mais la mission avait été repoussé puis abandonné en 2009. Depuis Aimbetov est devenu citoyen Russie qui volera avec la bannière Kazakh. La Russie avait lancé un premier cosmonaute Kazakh Toktar Aubakirov en 1991 sur MIR pour marquer l'indépendance du nouveau pays. Le Japonais TAkamatsu a signé un autre contrat avec Space Adventures pour voler d'ici 3 ou 4 ans si une autre opportunité s'ouvre.

Le 28 juin, le cargo Dragon CRS 7 ne peut rejoindre ISS et explose en vol. Il apportait 1952 kg de charge utile, équipement de rechange (461 kg), appareils scientifiques (529 kg) et équipements pour les astronautes (676 kg). Le cargo emportait à l'intérieur du "trunk section" le premier adaptateur IDA International Docking Adapter (526 kg, qui devait être positionné à l'avant du Node 2 sur le PMA 1. Construit par Boeing avec la coopération de 25 pays, il devait être installé par les astronautes au cours d'une EVA et positionné par le bras SSRMS. L'IDA devait remplacer le système d'amarrage APAS 95 destiné au Shuttle. Un second IDA doit être lancé avec CRS 8. Ils permettront les amarrages des vaisseaux commerciaux Dragon, CST 100 et les cargo ravitailleur en même temps.

 

       

Les 2 adaptateurs IDA qui devaient être installé sur les PMA du Node 2. Le PMA 2 devait être adapté par Kelly et Lindgren et le PMA 3 en fin d'année après son déplacement sur  le Node. Vue du IDA 1en intégrationI

Avec ce nouvel ,échec dans le ravitaillement de la station, après celui du Cygnus en octobre 2014 et Progress en avril, la NASA reste néanmoins confiante sur l'avenir. Dès le 3 juillet, un Progress doit être lancé depuis Baikonour, suivit du HTV Japonais en août, un Progress et un Cygnus au sommet d'un Atlas 5 d'ici la fin de l'année. L'équipage a suffisamment de vivre jusqu'en octobre.

29 juin, le cosmonaute russe de l'expédition 44 Gennaldy Padalka devient l'homme qui a passé le plus de temps dans l'espace avec 803 jours, dépassant Sergei Krikalev. Padalka doit revenir sur terre en septembre.

9 juillet, la NASA vient de sélectionner 4 astronautes pour les futurs vols commerciaux privés,Commercial Crew Transportation Capability (CCtCap). Il s'agit de Robert Behnken (sélectionné en 2000, 2 missions STS 123 et 130, 29 jours dans l'espace 6 EVA), Eric Boe (sélectionné en 2000, STS 126 et 133, 28 jours dans l'espace), Douglas Hurley (sélectionné en 2000, 2 missions STS 127 et 135, 28 jours dans l'espace) et Sunita Williams (sélectionnée en 1998, 322 jours dans l'espace) pour piloter les vaisseaux CST 100 de Boeing et Dragon 2 de Space X. Chaque vol vers ISS permettra la rotation de 2 à 6 astronautes dans la station et l'emport de 100 kg d'équipements.

12 juillet, l'astronaute Français Thomas Pesquet part pour le centre d'entrainement Youri Gagrine à Moscou avec Andreas Mogensen pour le sprint final avant son lancement. L'astronaute Français est doublure d'Andreas. Derniers entraînements, innombrables examens, commissions médicales, et régler tous les détails: l'été va être studieux, et Baïkonour attend les 2 hommes à partir du 20 août (lancement le 02 septembre). Lancement d'Andreas Mogensen: dans 49 jours. Lancement de Thomas Pesquet dans 490 jours.

19 juillet, Thomas Pesquet termine son entraînement initial. A la fin de celui-ci, chaque astronaute se voit décerner un insigne avec des ailes à porter sur sa combinaison, comme un symbole qu'il ou elle a gagné le droit de voler. Voici de haut en bas la version russe, la version américaine, et la version européenne. Cette dernière a été créé très récemment pour notre classe de 2009, la première à suivre l'entraînement initial en Europe. La version finale devrait être argentée.

22 juillet, Soyouz TMA 17M décolle de Baikonour avec à son bord Oleg Kononenko, Kjell Lindren et Kimiya Yui (expédition 44-45). Après la mise en orbite, seul un panneau solaire du vaisseau se déploie. L'amarrage avec ISS a lieu en 6 heures. La station se retrouve à nouveau avec 6 occupants. Le lancement avait été repoussé d'un mois suite à l'échec du Progress en avril.

L'équipage du TMA 17M Kjell Lindgren NASA, Oleg Kononenko, Russie et Kimiya Yui Japon

   

Le patch du vol TMA 17M est largement inspiré de celui de la mission lunaire Apollo 17. L'élément principal est le constructeur principal russe Sergei Korolev dont le regard suit son vaisseau Soyouz vers ISS. Les 3 lignes rouges symbolisent les trois occupants ainsi que les 3 vaisseaux développés par Korolev, Vostok, Voskhod et Soyouz. Le soleil rouge se levant fait référence au japonais Yui et la constellation du scorpion avec l'étoile Antares fait référence aux "call sig" du vaisseau. Le patch a été dessiné par Luc van den Abeelen et Blake Dumesnil avec Oleg Kononenko.

27 juillet, les astronautes filment dans ISS la dissolution d'un cachet effervescent dans une goutte d'eau en apesanteur à l'aide d'une caméra 4K. Cette caméra appelée EPIC Dragon est fabriquée par RED, une société de cinéma numérique. Elle fonctionne avec des définitions allant de la HDTV à plus de 6K (6144x 3160 pixels. C'est le Dragon 5 qui l'a livré dans la station en janvier 2015. Capable de filmer en très haute vitesse 300 im/s, elle offre des vues impressionnantes pour des expériences scientifiques et les phases d'amarrages de vaisseaux.

Terry Virts filme en 4K la réaction d'un cachet effervescent dans une goutte d'eau. La caméra est du même type que celle utilisée sur terre pour réaliser le film "The hobbitt trilogy"

30 juillet, Paolo Nespoli, astronaute de l'ESA, va voler pour la troisième fois : il fera partie des Expéditions 52 et 53 à destination de la Station spatiale internationale. En mai 2017, il embarquera à bord d'un vaisseau Soyouz qui le conduira à l'ISS pour une mission de cinq mois. Cette nouvelle mission fait partie d'un accord de compensation entre la NASA et l'Agence spatiale italienne (ASI) faisant intervenir des astronautes de l'ESA. Il s'agira du troisième vol de longue durée de l'ASI, qui fait suite à la mission Volare de Luca Parmitano, en 2013, et à la mission Futura que Samantha Cristoforetti a accompli cette année.
En 2007, dans le cadre de la mission Esperia d'une durée de deux semaines, Paolo Nespoli avait embarqué à bord de la Navette  (STS-120) pour la deuxième mission de courte durée de l'ASI au titre de l'accord de compensation. À cette occasion, l'une de ses principales responsabilités avait consisté à aider à installer le deuxième élément de jonction de la Station spatiale. En 2010, il est retourné séjourner 160 jours à bord de l'ISS dans le cadre de la mission MagISStra de l'ESA. Il a ainsi fait partie des Expéditions 26 et 27. Pendant ce séjour, il a participé à de nombreuses expériences ainsi qu'à l'amarrage de deux cargos : le deuxième véhicule de transfert automatique européen (ATV) et le deuxième véhicule de transfert HII du Japon.

Août, KSC livraison de l'IDA 2. Il sera lancer en fin d'année par Space X.

5 août, à bord d'ISS, les astronautes consomment leur première salade spatiale. Planté en juin 2015, le plant de salade spatial a poussé hors terre dans le module Columbus.

   

 

6 août, la NASA signe un nouvel accord avec le gouvernement russe pour l'achat de place dans le Soyouz pour la période 2018-19 afin de palier le retard des vols commerciaux des cabines de Space X et Boeing. Le contrat s'élève à 81,7 millions $ par siége. Un contrat similaire avait été signé l'an passé pour 2017.

10 août, Gennady Padalka et Mikhail Kornienko sortent 5h 31 mn dans l'espace pour des travaux de maintenance sur ISS. Ils installent des sangles entre 2 barrières de maintien sur Zvezda, installation d'attaches sur les 4 antennes WAL1-4 et remplacement d'une ancienne (WAL6 utilisée pour les RV), collecte d'échantillons exposés au vide et nettoyage du hublot 2 du module de service russe. Cette 41eme EVA russe sera la seule de 2015. Les 2 cosmonautes portent chacun un scaphandre Orlan MK 4 et 6 tous deux identifiés avec des bandes bleus.

   

18 août, la NASA va récupérer sur l'Orbiter Endeavour, actuellement en exposition en Californie 4 réservoirs d'eau qui seront acheminé sur ISS. D'une capacité totale de 300 litres, ils augmenteront la capacité de stockage d'eau pour l'équipage habituellement stocké dans des sacs.

19 août, lancement du cargo HTV 5 Japonais. Le cargo de 16 tonnes emporte 6 tonnes d' équipements et consommables (eau, nourritures, vêtements) pour les astronautes. 215 kg ont été rajouté en dernière minutes suite à l'échec du Falcon 9. Il rejoint la station en 4 jours et demi, le 25, récupéré par le bras robot d'ISS piloté par l'astronaute Japonais Kimiya Yui.

   

28 août, le Soyouz TMA 16M avec à son bord Padalka, Kelly et Kornienko est déplacé du module d'amarrage Poisk sur Zvezda. La place libérée permettra l'amarrage du TMA 17M en septembre.

2 septembre, lancement du Soyouz TMA 18M vers ISS avec à son bord Sergey Volkov, l'astronaute danois ESA Andreas Mogensen et le Kazakh Aidyn Aimbetov. Après 34 orbite, le vaisseau rejoint la station. L'opération en seulement 4 orbites n'a pas été possible sur ce vol suite à un changement d'orbite d'ISS pour éviter des débris. 9 astronautes sont maintenant sur ISS pour une semaine. L'astronaute Danois doit rester une semaine à bord d'ISS pour la mission "Iriss".

Pour l'ESA, la mission iriss est l'occasion de tester de nouvelles technologies et de conduire une série d'expériences scientifiques. La première consistue à filtrer des eaux usées de la Station en utilisant une membrane « biomimétique » mise au point au Danemark. Prenant la nature comme modèle, cette membrane permet d'obtenir de l'eau potable grâce à une nanotechnologie qui ne nécessite pas d'énergie. Il s'agira maintenant d'analyser l'eau filtrée par Andreas, pour déterminer si cette technique pourra à terme être utilisée dans l'espace.
Andreas doit également faire fonctionner deux robots mobiles au Pays Bas depuis son domicile temporaire en orbite. Il doit notamment insérer une tige dans un trou avec une marge d'erreur de moins d'un millimètre. Une telle prouesse aurait été impossible sans la technologie haptique à retour de force que l'ESA a développée pour permettre d'effectuer des commandes ultra-précises à très grande distance.
L'astronaute devra porté pendant deux jours une combinaison ajustée, la « SkinSuit », afin de tester son efficacité contre les problèmes de colonne vertébrale dont souffrent les astronautes en apesanteur. Grâce aux échantillons microbiologiques prélevés durant cette expérience, on pourra découvrir si cette combinaison reste suffisamment propre pour être portée pendant de longues périodes.

   

L'équipage principal (Aimbetov, Volkov et Mogensen) et "doublure" du TMA18 de gauche à droite, Oleg Skripocka, Thomas Pesquet et Satoshi Takamatsu. Pesquet sera aussi "back up" pour l'équipage du TMA 20M en mai 2016.

11 septembre, retour de l'équipage Padalka, Mogensen et Aimbetov dans le Soyouz TMA 16M. Padalka retourne sur terre après un vol de 6 mois dans l'espace (168 jours). Il devient l'homme ayant passé le plus de jours cumulés dans l'espace avec un total de 878 jours (MIR 1998 et 2 vols ISS).

.

878 jours 11 heures et 31 minutes cumulés pour le cosmonaute Guenaldi Padalka (57 ans) en 7 missions (Soyouz TM 28 en fevrier 1999 EO-Mir 26 198 jours, Soyouz TMA 4, expédition 9 en mars 2002 avec 187 jours, Soyouz TMA 14 expédition 19-20 en 2009 avec 198 jours , Soyouz TMA 04M expéditin 31-32 en mai 2012 avec 124 jours et Soyouz TMA 16M expédition 43 en mars 2015 avec 168 jours. A cela s'ajoutent 10 EVA dans l'espace

26 septembre, le cargo Japonais HTV 5 quitte la station et se désintègre dans l'atmosphère.

1er octobre, lancement du cargo Progress M-29M qui rejoint la station en mode "rapide" en 6 heures. Il apporte 2350 kg d'équipements et vivres pour l'équipage. C'est le dernier vol pour le Progress M-M. Le lanceur Soyouz U doit encore voler 4 fois avant d'être remplacé par la version 2-1a. A l'origine, le lancement de Progress M-29M était prévu en avril 2016 et devait succéder à deux vols d'essai de la nouvelle version du vaisseau ravitailleur, nommée "Progress MS". Il avait été gardé en réserve en cas de problème de cette nouvelle version. Et ce fut le cas puisque, en avril 2015, Progress M-27M a été lancé par une Soyouz-2.1a, mais ce fut un échec suite à un problème de compatibilité mécanique entre le lanceur Soyouz-2.1a et le vaisseau Progress. Depuis, Roscosmos s'interdit de lancer des vaisseaux Progress sur des Soyouz-2.1a jusqu'à ce que le problème soit résolu. Cependant, ce Progress M-29M étant le dernier exemplaire construit de l'ancienne version, il faudra donc absolument utiliser les nouveaux Progress MS dans trois mois (rythme habituel des ravitaillements russes) et résoudre le problème sur Soyouz-2.1a.

13 octobre, Scott Kelly bat le record de durée dans l'espace pour un Américain avec 200 jours. Le 15 octobre, il bat le record en durée cumulée par un astronaute US avec 381 jours, 15 heures et 11 minutes, dont 180 de ces précédents vols. Kelly se place devant les astronautes Finckle (382 j), Whitson (377 j), Foale (374 j) et Petit (370 j). Scott Kelley doit rester plus de un an à bord d'ISS et revenir le 3 mars 2016, il totalisera 522 jours. Il y a 20 ans lors de l'exploitation de la station MIR, l'Union Soviétique d'alors avait fait voler Valery Poliakov 437 jours dans l'espace entre janvier 1994 et mars 1995. Coté record, Gennaldy Padalka cumule en 5 missions 878 jours en orbite.

28 octobre, les astronautes Kjell Lindgren et Scott Kelley sortent dans l'espace 7 heures 16 minutes pour des travaux de maintenance sur la station. Les 2 hommes enlèvent une couverture thermique sur un MBSU de secours stocké sur la structure externe ELC 2 de la station. Il sera par la suite transférer dans le sas du module Japonais Kibo par le bras SSRMS afin d'être ramené à bord. Ils installent une couverture thermique sur l’expérience Alpha Magnetic Spectrometer installée sur l’ISS depuis 2011 et ainsi protéger sa pompe exposé au soleil trop longtemps. Les astronautes lubrifie la "main" du bras robotique Canadarm 2 et mettent en place des câbles d’alimentation pour le futur port d’accostage des vaisseaux américains.
Le déplacement du PMA 3 prévue avant la fin de l'année est repoussé. L'adaptateur IDA 2 sera lancé sur Dragon 9 en 2016 et placé sur le PMA 2. L'IDA 3 qui remplacera l'IDA 1 sera lancé en 2017.

30 octobre, la Russie repousse d'un mois au 21 décembre le lancement du Progress MS 1 vers ISS. Progress MS 1 sera le premier d'une nouvelle série modernisée. Progress M 27M avait été lancé en avril au sommet d'un lanceur Soyouz 2-1a, remplaçant le vieux Soyouz U. Malheureusement, des problèmes ont surgis au moment de la séparation du cargo qui a été perdu par la suite. Ces problèmes ont été identifiés comme une incompatibilité entre le système de séparation et le cargo. Des vérifications supplémentaires vont être faite avant de lancer le MS 1.

Progress MS 1 en intégration à Baikonour.

2 novembre, ISS fête ses 15 ans d'occupation permanente par des astronautes cosmonautes internationaux, soit 5477 jours. Depuis le premier équipage expédition 1, le 2 novembre 2000 (William Shepherd, Sergui Krikalev et Youri Gidzenko), 45 équipages se sont succédés amenés par le Shuttle (5 équipages expédition 2, 3, 5, 5 et 6) et le Soyouz (expédition 1 puis 7 à 45). Les navettes ont aussi apportés un astronaute complémentaire lors de ses vols (STS 121, 116, 117, 120, 122, 123, 124, 126, 127 et 128). La station ISS représente un complexe de 370 tonnes en orbite autour de la terre dans un volume pressurisé équivalent à un Boeing 747. La station a accueillit  la visite de 220 personnes de 17 pays, USA, Russie, Danemark, Kazakhstan, Japon, Italie, Allemagne, Canada, Suède, Belgique, Corée du Sud, France, Malaisie, Brésil, Pays-Bas, Espagne, Afrique du Sud, dont 17 astronautes ESA en 21 missions pour des missions de une semaine à 6 mois. Le recordman de visites dans l'ISS est Youri Malenchenko qui en sera à 5 visites (c'est son 6ème vol) à son retour en 2016. Le recordman de temps passé dans l'ISS est Gennady Padalka (4 vols vers l'ISS) avec 675 jours. Les autres 4 vols ISS sont : Mark Kelly, Richard Mastracchio, Fiodor Yourchine (qui en sera à 5 vols l'année prochaine) et Rick Sturckow.

La construction d'ISS a débuté 2 ans auparavant en 1998. A ce moment, elle se compose uniquement du module russe Zarya et du Node 1. Elle ne sera complété qu'en 2011 après 37 vols de navette. La NASA espère continuer l'exploitation du complexe jusqu'en 2024 et au delà jusqu'en 2028. En plus d'être un fabuleux laboratoire scientifique et une plateforme de test pour la technologie, ISS est surtout le fruit de la coopération entre les différents états du monde. A travers ses expérimentations, la station a atteint 42 millions d'étudiant dans le monde. Plus de 1200 résultats scientifiques ont été publiés, fruit de 1760 recherches à travers 83 pays réalisé à bord des modules. 22 expériences avaient été faites en 2000 par l'expédition 1. Aujourd'hui, on en compte 191 pour l'expédition 45. Avec l'ensemble des modules attachés au corps central, les astronautes peuvent travailler sur 29 rack, chacun de la taille d'un gros réfrigérateur, dont 15 sont sur des palettes extérieures. depuis le début de la construction, ce sont 180 EVA russes et Américaines qui ont été réalisés.
Le programme ISS fait travailler sur terre plus de 100 000 personnes et 500 contractants à travers 37 états US et 16 pays.

6 novembre, la NASA annonce qu'elle reporte la sélection des 2 fournisseurs de marchandises pour ISS dans le cadre du contrat CRS 2. L'annonce des gagnants de cet appel d'offre avait été retardé plusieurs depuis l'année dernière, elle devait intervenir au plus tard en janvier 2016. L'échec du lancement du dragon et du Cygnus l'année dernière avaient une fois de plus retardé l'annonce. La NASA annonce aussi que Boeing ne fera pas partie du nouveau contrat, seul Orbital ATK, Space X, Sierra Nevada et Lockeed Martin restent dans la course. Le contrat CRS 2 doit entrer en service en 2018 et fournir du ravitaillement pour ISS jusqu'en 2024 avec la livraison de 14250 à 16750 de fret pressurisés et 1500 à 4000 kg de fret non pressurisés pour un montant de 1 à 1,4 milliards $ chaque année. Boeing devait proposer une version cargo du CST 100 Starliner, les projets actuels de la société vont se concentrer sur la version habité du Starliner. Sierra Nevada va développer une version cargo du DreamChaser. De son coté Orbital va proposer un Cygnus avec une capacité d'emport de 3500 kg. Pour Lockheed Martin, le design de leur véhicule est encore dans le flou avec le vaisseau Jupiter. L'annonce de la NASA sur le CRS 2 pourrait intervenir après le retour en vol de Orbital et Space X début 2016.

6 novembre, une seconde EVA est pour restaurer dans sa configuration initiale une partie du système de refroidissement de la Station sur P6. Cette partie avait été isolée lors d’une sortie spatiale en novembre 2012 à la suite d’une fuite de ce circuit qui finalement a été détectée à un autre endroit. 

   

12 novembre, l'ESA donne un nom à la mission de Thomas Pesquet en novembre 2016 à bord d'ISS, "Proxima". la mission de 6 mois permettra à Thomas Pesquet de réaliser 55 expériences dont 20 du CNES sur la physiologie humaine, l'environnement spatial (études des radiations, bio-contamination), la physique des fluides, la physique fondamentale, la science des matériaux (alliages, combustion, etc.), la médecine en autres. 3 expériences neurologiques pourront servir pour des traitements médicaux sur Terre.
l'astronaute a déjà  effectué 75% de l'entraînement pour le vaisseau russe Soyouz et 80% pour l'ISS. L'entraînement aux EVA lui permettrait d'effectuer des réparations d'urgence à bord de la station spatiale.

"Je suis vraiment ravi du nom de la mission et du logo, qui répondent à toutes mes attentes : s’inscrire dans la tradition des noms de mission des astronautes français et rendre hommage aux vols habités précédents, tout en tant tourné vers l’avenir, et même futuriste."

 Le nom a été choisit parmi 1300 propositions, et choisit par Samuel Plans, 13 ans de Toulouse. "Proxima est la plus proche des étoiles après le soleil et logiquement notre prochaine destination à travers nos voyages dans l'espace. L'astronaute de la sélection ESA 2009 sera le 10eme astronaute français à voler dans l'espace. Le logo continue le thème de l'exploration avec des trainés d'étoiles évoquant l'avenir du voyage et de l'exploration au delà de l'orbite terrestre. 2 planètes représentent la terre et la lune ou la lune et Mars. Le "X" de Proxima au centre est l'étoile Proxima Centauri. Il se réfère à l'inconnu et au 10eme Français dans l'espace. Les 3 lignes bleu blanc rouge représentent ISS vue dans l'espace, mais aussi les couleurs de la terre, la lune et Mars aussi bien que les couleurs du drapeau national. Le ministre Thierry Mandon a donné à Thomas un drapeau pour son voyage dans l'espace.

6 décembre, une Atlas 5 401 met sur orbite le cargo Cygnus 4. Orbital réussit son RTF après l'échec d'octobre 2014 qui avait vu l'explosion du lanceur Antares juste après le décollage. Le cargo de 7492 kg apporte 3513 kg d'équipements aux astronautes, vivres, eau, pièces de rechange, 12 équipements scientifiques et 17 "CubeSats". Le cargo rejoint la station le 9 décembre et récupéré par le bras robot SSRMS piloté par Lindgren et Kelly.

11 décembre, retour de l'équipage Oleg Kononenko (Russie), Kimiya Yui (Japon) et Kjell Lindgren (USA) sur terre à bord du TMA 17M après un séjour de 142 jours dans l'espace.

   

12 décembre, Spacve X lancera le cargo CRS 8 le 7 février, laissant du temps pour les astronautes d'ISS de réaliser une EVA en janvier.

Progress MS en préparation à Baikonour. Cette nouvelle version du vaisseau cargo russe bénéficie de plusieurs améliorations: un compartiment externe lui permettant de déployer jusqu'à 4 microsatellites (non présent sur ce premier vol), un système de contrôle BURK plus performant, un système de rendez-vous automatique Kours-NA de nouvelle génération, un système de télécommande/télémesure capable de dialoguer avec le sol via les satellites relais Loutch-5, et un système de navigation par satellite ASN-K qui ne le rendra plus tributaire des mesures faites par les stations de poursuite.

Le 15 décembre, Soyouz TMA 19M décolle de Baikonour et rejoint en 3 orbite la station ISS à 400 km d'altitude. A bord, l'équipage ISS 46, Youri Malentchenko, l'américain Tim Kopra et l'européen Tim Peake. Ils rejoignent l'expédition 45, Scott Kelly (commandant de l’ISS) et les Russes Sergueï Volkov et Mikhaïl Kornienko. Kelly et Kornienko ont dépassé la moitié de leur séjour marathon d’un an le 15 septembre dernier. L'astronaute ESA Tim Peake 44 ans est l'avant dernier de la sélection de 2008 à voler dans l'espace. Il restera 6 mois dans l'espace pour la mission "Principia", en hommage à l’ouvrage Philosophiae naturalis principia mathematica d’Isaac Newton. L'astronaute travaillera dans le module Columbus où il mènera une trentaine d'expériences scientifiques européennes notamment. Ambassadeur du Royaume-Uni pour les carrières scientifiques et spatiales depuis 2009, il va également exécuter un programme pédagogique autour des sciences et de la technologie (mathématiques, codage informatique, croissance des plantes, santé, nutrition…).

   

Le TMA 18M est le 150e vaisseau russe de transport d’équipage depuis Soyouz 1 en 1967 et le 44e utilisé dans le cadre du programme ISS depuis le Soyouz TM-31 en 2000.

   

L'équipage du TMA 19M, Tim Peake, ESA, Yuri Malentchenko, Roskosmos et Tim Kopra NASA. Amarrage du TMA 19M au module Rassvet à la seconde tentative et en manuel par le russe Malenchenko. La première tentative en automatique a échoué suite à la panne d'un moteur de manoeuvre du Soyouz. C'est le second amarrage en manuel sur ISS après celui du TMA 5. Ce RV coincide avec celui de Gémini 6 et 7 en 1965, il y a 50 ans, le premier rendez vous dans l'espace de 2 vaisseaux habités.

21 décembre, Progress MS1 décolle de Baikonour et rejoint la station ISS le 24 décembre. Il emporte 2300 kg d'équipements et des extra pour noel à l'équipage. Le nouveau cargo utilisait la version 2-1a du lanceur Soyouz qui a déjà volé 2 fois avec le cargo, en octobre 2014 pour mettre en orbite Progress M 25M et en avril dernier pour Progress M 27M. Ce dernier s'était mal séparer du 3eme étage du Soyouz le Block I et le cargo avait été déclaré perdu.

21 décembre, les astronautes Kelly et Kopra sortent d'ISS pour tenter de "décoincer" le chariot servant de base au bras robot de la station. Ce dernier est reste positionné entre 2 stations de travail ce qui peut gêner l'amarrage du Progress dans 2 jours. Le chariot roule sur des rails le long de poutre transversale d'ISS sur les segments S0, S1, S3, P1 et P3, il sert de plateforme pour le MBS, Mobil Base System, une structure qui sert support pour les interfaces des bras robot SSRMS et le Dextre avec 4 grappins de maintien et une caisse à outils avec principalement une main pour les bras (Latching End Effector). Le chariot permet aussi de les déplacer en tout point de la station. Il permet aussi le transport de charge utile le long des différents sites de stockage sur la poutre principale. Les astronautes désengagent un des freins du chariot et libèrent son mouvement. Après 3h16 de travail, les 2 hommes rentrent à bord.

Vaisseau

Lancement

Equipage

Observations

2015
Dragon 5 10 janvier    
Progress M26M 17 février    
  21-25 février   EVA US 29-30
  1er mars   EVA US 31
Soyouz TMA-16M 27 mars Padalka,
Kornienko,
Kelly
Exp 43-44
Vol de un an pour Kelly et Kornienko
Dragon SPX 6 14 avril    
Progress M27M 28 avril   150eme Progress lancé, détruit dans l'atmosphère avant de rejoindre ISS.
27 mai   Repositionnement du PMM Léonardo vers Tranquility
Dragon Spx 7 28 juin   Echec, explosion en vol
Progress M-28M 3 juillet    
Soyouz TMA 17M 25 juillet Kononenko,
Yui (Japon),
Lindgren
 
  Août   EVA 41
HTV 5 17 août    
Soyouz TMA 18M 15 décembre Volkov,
Mogensen ESA, mission "IrlISS"
Touriste ?
Volkov remplace Padalka.
9 astronautes sur ISS,
Progress M-29M 1 octobre    
  28 octobre -6 novembre   EVA US 32
Cygnus 4 6 décembre   Retour en vol du Cygnus
TMA 19M 15 décembre Malenchenko
Kopra,
Peake ESA, mission "Principia"
Mission de 6 mois ESA "Principia".
45eme Soyouz vers ISS.
Progress MS 1 21 décembre    
  Décembre   EVA US 35

 

 

 
DESCRIPTION D' ISS