LA STATION I.S.S

 

2022

Janvier, manoeuvre avec les bras robot de la station, SSRMS, DEXTRE et Japonais JEMRMS enlève le packtage de l'expérience STP-H8 du cargo CRS 24 et le place sur la palette du module Japonais Kibo. Même chose pour la charge ASIM placée du coté droit au nadir du module Européen Columbus. Le 11 janvier, l'expérience externe STP-H7 est enlevé du cargo CRS 24 et placée sur le coté droit de Columbus.  

19 janvier, les Russes Anton Shkaplerov and Pyotr Dubrov sortent 7h11 mn dans l'espace pour configurer le module Prichal en prévision des amarrages de Soyouz et Progress. La première tâche du duo après avoir quitté le MRM-2, Poisk, est de mettre en place une grue Strela à commande manuelle. Cette grue télescopique, qui est montée à l'extérieur de Poisk, a été prolongée jusqu'au module de laboratoire polyvalent (MLM), Nauka permettant aux cosmonautes de transiter plus rapidement entre les deux modules. Shkaplerov et Dubrov ont ensuite retiré les couvertures thermiques de plusieurs mains courantes et points d'attache qui serviront par la suite. Les 2 hommes ont aussi installé plusieurs câbles pour le système de rendez-vous automatisé Kurs qui doivent être correctement acheminés entre Nauka et Prichal, une nouvelle série d'antennes de rendez-vous sur sur Prichal et déplacé une caméra de télévision qui servira les approches de vaisseau spatial s'approchant de Prichal pour l'amarrage. Une croix cible d'amarrage a également été installée sur Prichal pour permettre aux futurs véhicules en approche de s'aligner correctement avec le port d'amarrage nadir de Prichal via leurs caméras de télévision embarquées. Avant de rentrer dans la station, du ménage a été fait en "balançant" par dessus bord, une antenne et deux conteneurs vides de déchets et 3 antennes destinées au rendez-vous du module Nauka. Soyouz MS21 s'amarrera à Prichal le 18 mars, sur le port Nadir. L'EVA-51 russe fait partie d'une série d'environ 6 sorties dans l'espace en 2022 pour intégrer pleinement Nauka à l'ISS. D'autres EVA russes - à partir d'avril - verront la mise en service du bras robotique européen (ERA) de Nauka , qui comprendra l'installation d'un panneau de commande externe pour permettre aux cosmonautes de faire fonctionner manuellement le bras.

20 janvier, la commission interdépartementale russe approuve les équipages d'ISS pour 2022 à 2024. 12 cosmonautes voleront, dont 10 nouveaux, avec la cosmonaute femme Anna Kikina. Elle volera avec Sergei Prokopiev, Dmitry Petelin (ISS 68) à bord d'un Crew Dragon US selon les accords NASA-Roscosmos. Soyouz MS 21 volera en mars avec Oleg Artemiev, Denis Matveev et Sergey Korsakov, ISS 67. L'astronaute US Francisco Rubio prendra place sur Soyouz MS 22. Les lancements habités de 2023 comprendront des cosmonautes sélectionnés en 2018, Konstantin Borisov, Alexander Gorbunov, Alexander Grebyonkin, Alexei Zubritsky, Sergey Mikaev et Oleg Platonov.

Le Crew Dragon s'envolera le 15 avril prochain avec l'astronaute ESA Samantha Cristoforetti. Le Falcon utilisera un "core" éprouvé pour ce vol, le B 1067 dont ce sera le 4e vol. La mission a été baptisée  "Minerva" par l'ESA.

22 janvier, Dmitry Rogozine, Roscosmos a déclaré que les États-Unis n'avaient pas accordé de visa à Nikolai Chub (équipage de secours du Soyouz MS-22, équipage principal du Soyouz MS-23) pour une session d'entraînement au Johnson Space Center. La raison serait que Nikolai Chub se soit rendu en Crimee occupée par la Russie. Dans le système des sanctions américaines, les personnes qui se rendent en Crimee sans accord des autorités ukrainiennes violent la souveraineté ukrainienne et ne peuvent donc plus recevoir de visa US. Le problème est que tous les cosmonautes vont en Crimée pour s'entrainer à un éventuel amerrissage du Soyouz.

Space X annonce un retard pour le vol AX-2, prévu initialement fin 2022 à début 2023, conséquence du retrad du vol AX-1. AX-1, financé par Axiom et validé par la NASA en décembre dernier partira avec un astronaute Axiom et 3 astronautes "payants".

15 février, Progress MS-19 rejoint ISS. Il apporte 2523 kg, d'équipements aux astronautes, dont 430 kg de carburant pour les réhausse d'orbite.

19 février, Cygnus NG 17, baptisé "S.S. Piers Sellers", en hommage à l'astronaute qui a volé sur STS 112, 121 et 132, climatologue, décédé en 2016 à 61 ans s'envole vers ISS depuis le pad LP 0-A de Wallop Island propulsé par un Antares 230+. Le 21, il est capturé par le bras RMS de la station commandé par Raja Chari et attaché au port Nadir d'Unity. Il apporte 3720 kg d'équipements pour l'équipage, nourritures, expériences (étude sur le cancer, étude de tissus pour le vieillissement de la peau, test de stabilité de nouvelles batteries Lithium-ion en milieu extrême, équipement hydroponique pour la pousse de plantes, etc). Le cargo, équipé de moteurs réalisera, pour la première fois, une réhausse d'altitude de la Station spatiale, une toute nouvelle aptitude pour le vaisseau Cygnus. Cygnus retombera dans l'atmosphère fin avril-début mai avant l'arrivée du Dragon CRS 25.

Equipage du USCV 4: Watkins, Hines, Lindgren et Cristoforetti (ESA)

Equipage du Soyouz MS21: Artemiev, Korsakovt et Matveïev, départ le 22 mars

15 mars, Raja Chari et Matthias Maurer de l'ESA et sortent 6 heures et 54 minutes dans l'espace pour installer des engins thermiques et des composants électroniques sur la Station spatiale internationale.

   

Derrière Chari se trouvent 3 vaisseaux spatiaux attachés a ISS, de gauche à droite, Soyouz MS21, MS19 et le Cygnus

Soyouz MS21 décolle de Baikonour le 18 mars et rejoint la station ISS en 3 heures. L'équipage qui restera 6 mois dans l'espace comprend pour la première fois depuis 20 ans des cosmonautes de carrière exclusivement russes, le vétéran de l'espace Oleg Artemyev et les recrues de l'espace Denis Matveev et Sergueï Korsakov. Le lancement a eu lieu au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine, qui a rompu la majeure partie les liens de coopération de la Russie avec l'Occident. Bien que certains responsables russes, irrités par les sanctions imposées par d'autres participants à l'ISS, aient menacé d'abandonner leur ISS participation, pour l'instant le projet, qui implique la Russie, les États-Unis, la L'Agence spatiale européenne et l'espace japonais agence JAXA, continue inchangé.

L'équipage du Soyouz MS21, Sergey Korsakov, Oleg Artemyev et Denis Matveev

25 mars, la NASA commande 12 missions supplémentaires pour ravitailler ISS avec des vaisseaux cargo jusqu'en 2026, contrat CRS2. 6 missions seront confiés à Northrop Grumman et 6 à Space X. En 2016, la NASA avait attribué à 3 sociétés US des contrats CRS-2 pour réapprovisionner la Station spatiale internationale afin que les membres d'équipage puissent continuer à mener des recherches scientifiques et des développements technologiques qui profitent aux habitants de la Terre et soutiennent les missions humaines vers la Lune et Mars. Le 16 octobre 2020, la NASA avait commandé 2 missions supplémentaires à Northrop Grumman et trois missions supplémentaires à SpaceX au-delà du minimum garanti. Avec cette action, un total de 32 missions ont été commandées par l'agence pour des missions de réapprovisionnement en fret dans le cadre des contrats CRS-2 avec 14 missions à Northrop Grumman, trois missions à Sierra Nevada Corporation (maintenant Sierra Space) et 15 missions à SpaceX.

30 mars, retour sur terre de l'équipage du Soyouz MS 19, expédition 66. L'astronaute Mark Vande Hei de la NASA, a ainsi passé 355 jours dans l'espace, battant le record passé sur une seule mission spatiale que tout autre astronaute américain de l'histoire (Scott Kelly avec 340 jours en mars 2016). Les cosmonautes Pyotr Dubrov et Anton Shkaplerov de Roscosmos ont eux passé" 355 et 175 jours dans l'espace.

La mission Axiom 1 AX-1 décolle du LC39A le 8 avril et rejoint la station ISS à bord de la cabine Dragon Crew Endeavour. A son bord 4 touristes privés, Michael López-Alegría, commandant, astronaute hispano-américain qui a déjà réalisé une mission à bord d'ISS pour le compte de la NASA, de l'Américain Larry Connor (pilote) un investisseur dans des entreprises non-lucratives qui travaillera notamment en collaboration avec les cliniques américaines Mayo et Cleveland, du Canadien Mark Pathy (spécialiste de mission), pour le compte du Montreal Children's Hospital, d'universités canadiennes et de la Royal Canadian Geographical Society et enfin du philanthrope israélien Eytan Stibbe (spécialiste de mission) pour la Ramon Foundation, en liaison avec l'agence spatiale de son pays. Eytan Stibbe est le deuxième astronaute israélien après Ilan Ramon, qui avait trouvé la mort lors du retour de la navette spatiale Columbia en 2003 et dont le nom a été donné à cette fondation.

       

La mission doit durer 10 jours, dont 8 à bord de la station. L'équipage devra conduire environ 25 expériences scientifiques, dont beaucoup à visée médicale, mais aussi des activités éducatives et commerciales en collaboration avec la Mayo Clinic, la Cleveland Clinic, l'Agence spatiale canadienne, l'Hôpital de Montréal pour enfants , la Fondation Ramon et l'Agence spatiale israélienne. La cabine doit s'amarrer au port Harmony, celui-là même qui devrait recevoir en 2024 un premier module développé par Axiom Space, actuellement en cours de construction. Lors de son retour dans l'Océan atlantique prévu le 18 avril, le vaisseau sera porteur de fret pour le compte de la Nasa, ce qui devrait diminuer de 1,69 million de dollars le coût de la mission pour Axiom Space, estimé au total à une dizaine de millions de dollars. De son côté Axiom facturerait pour cette mission chaque siège 55 millions de dollars. une seconde mission Axiom est déjà planifiés pour 2023.

   
 

L'équipage AX-1, le pilote Larry Connor, le MS Eytan Stibbe, le CDT Michael López-Alegría et le MS Mark Pathy

Actuellement se trouvent 14 humains sont dans l'espace,  : sur Ax-1 Lopez-Alegria, Connor, Stibbe, Pathy, dans l'ISS, Chari, Marshburn, Maurer, Barron, Artemiev, Matveev, Korsakov et dans la CSS, Zhai, Wang et Ye. 9 avril, la cabine rejoint ISS.

11 astronautes sont sur ISS

18 avril, sortie dans l'espace EVA 52 de 6h 37 mn pour  Oleg Artemiev et Denis Matveev depuis le module Poisk afin de préparer le module Nauka pour l'installation du bras robotique ERA. les cosmonautes ont installé et connecté un panneau de commande près du point de base du bras robotique, puis ont effectué des vérifications du système de contrôle, qui sera utilisé par les marcheurs dans l'espace pour déplacer le bras lors de futures opérations. Artemyev et Matveev ont également retiré les capots de protection des composants du bras du robot et installé des mains courantes sur le module Nauka, qui a été lancé avec le bras robotique européen en juillet dernier. Jusqu'à 7 sorties dans l'espace sont prévues pour leur expédition de 6 mois, y compris des travaux pour activer et vérifier le bras robotique européen. Le bras est une structure en forme de grue de 37 pieds de long (11,3 mètres) pour aider au mouvement des charges utiles externes et aider les astronautes lors des sorties dans l'espace. Cette EVA était la première des deux prévues ce mois-ci pour commencer à travailler avec le bras robotique européen. Une autre EVA d'Artemyev et Matveev est prévue le 28 avril.

Le 20 avril, le lanceur Falcon 9 USCV 4 est amené sur le pad 39A et les moteurs merlin du Core mis à feu. Le lancement avec la cabine Dragon USCV 4 vers ISS est repoussé au 26 avril, suite aux mauvaises conditions météo retardant le retour de la cabine Dragon Axiom 1. Le décollage a déjà été retardé au 21, puis 23. Au cours de ce vol, l'astronaute ESA Samantah Cristofferi réalisera une EVA le 19 mai avec 2 cosmonautes russes (EVA 54).

   

Le 25 avril, après plusieurs report du à une mauvaise météo sur la zone de récupération, l'équipage d'AX-1 retourne sur terre après 17 jours dans l'espace. La mission originelle devait durer 10 jours, dont 8 sur ISS. La mission a été prolongée d'un jour en raison d'un conflit de temps entre le désamarrage prévu de la mission Ax-1 et une sortie dans l'espace russe précédemment prévue. Ensuite, des vents violents persistants dans les 7zones de récupération de SpaceX près de la Floride ont maintenu l'équipage en l'air la semaine dernière et le week-end. Les responsables de la mission ont finalement été convaincus que les conditions seraient favorables pour un retour le 25.

Axiom a passé un contrat avec la NASA et SpaceX pour la mission d'équipage entièrement privée vers la station spatiale. La NASA a facturé à Axiom un tarif journalier pour l'accès au système de survie, au réseau de communication et à d'autres équipements de la station. La NASA en rembourse une partie à Axiom en échange du retour des congélateurs gouvernementaux et des spécimens d'expérience sur le vaisseau spatial Dragon. Le prix, non divulgué serait de l'odre de 55 millions $.

Axiom a payé SpaceX pour le trajet vers et depuis la station sur le vaisseau spatial Dragon, et le lancement à bord d'une fusée Falcon 9 depuis le Kennedy Space Center. L'arrangement est le premier du genre. Les visites précédentes d'astronautes privés, ou «touristes de l'espace», à la station spatiale ont eu lieu lors de missions dirigées par le gouvernement sur des vaisseaux spatiaux russes Soyouz. Avant le vol d'Axiom, 11 personnes s'étaient rendues à la station spatiale en tant que passagers payants pour des missions Soyouz, mais elles ont toutes volé avec un commandant cosmonaute gouvernemental. D'autres missions Axiom sont prévues vers la station dans les prochaines années, menant à la livraison du module commercial de la société au complexe en orbite. Ce module finira par se détacher de la Station spatiale internationale et deviendra la pièce maîtresse de l'avant-poste multi-éléments privé d'Axiom en orbite terrestre basse.

L'équipage USCV 4 décolle du LC39A le 28 avril et rejoint la station en 16 heures en s'amarrant au zenith d'Harmony. La mission Crew-4 est la septième mission de vol spatial habité de SpaceX, comprenant quatre vols opérationnels pour la NASA, deux missions d'astronautes privés entièrement commerciales et le premier vol d'essai de l'équipage Dragon en 2020. La NASA a annoncé en février avoir accordé trois vols d'équipage supplémentaires à SpaceX sur le vaisseau spatial Dragon, une prolongation de contrat d'une valeur de près de 900 millions de dollars couvrant les missions Crew-7, Crew-8 et Crew-9. L'équipage Crew 4, Lindgreen, Hines,  Cristoforetti et Watkins, remplacera l'équipage Crew 3 dont le retour est prévue le 4 mai. En plus de travailler avec des expériences et d'exploiter la station spatiale, les astronautes de Crew-4 prévoient d'effectuer au moins deux sorties dans l'espace aux États-Unis pour se préparer à l'arrivée de nouveaux panneaux solaires générateurs d'énergie. Cristoforetti peut également avoir la chance de sortir de la station lors d'une sortie dans l'espace dans une combinaison spatiale russe pour travailler sur le bras robotique européen.

   

28 avril, les russes Artemyev et Matveev sortent 7h52 dans l'espace pour activer le bras robot Européen ERA. Après l'avoir débarrasser de ses couvertures thermiques, le bras a fait son premier mouvement en se dépliant. Le bras robotique européen est le 3e intégré à la station, rejoignant les bras robotiques canadiens et japonais de la section américaine. À l'instar du bras canadien, le bras européen a la capacité de "se faufiler" à plusieurs endroits sur la station spatiale. Alors que la branche canadienne est positionnée sur le segment américain du complexe, la branche européenne a accès aux modules russes.
ERA est un peu différent des autres manipulateurs déjà présents sur la station. Il peut être entièrement préprogrammé à l'avance, ce qui est utile. Il peut être commandé à partir d'un panneau de commande externe, que les autres n'ont pas. Ainsi, même lorsque vous faites une sortie dans l'espace, vous pouvez contrôler ERA simplement en voyant et en actionnant ce panneau de contrôle. Mais il peut également être commandé de l'intérieur à l'aide d'un seul ordinateur portable, il n'a donc pas besoin de joysticks. L'ESA indique que le bras est capable de transporter une charge de plus de 8 tonnes, avec une précision d'un cinquième de pouce (5 millimètres).
Artemyev et Matveev ont également brièvement déployé un drapeau commémorant le jour de la victoire de la Russie célébrant la défaite de l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Avril, un astronaute des Emirat Arabes Unies volera dans le Crew Dragon pour une mission de 6 mois sur ISS en 2023. Il fera partie de l'équipage USCV 6. Axiom a acquis le siège sur Crew-6 dans le cadre d'un accord de 2021 qui place l'astronaute de la NASA Mark Vande Hei sur Soyouz MS-18. Axiom avait acheté le siège Soyouz à Roscosmos et l'avait échangé avec la NASA pour le futur vol Crew Dragon. Axiom a vendu ce siège aux EAU.

1er mai, l'ESA confirme que l'astronaute de l'ESA Samantha Cristoforetti ne fera pas d'EVA avec les Russes. En parallèle, les Russes devraient faire une EVA de plus que prévue initialement. Les 6 prochaines EVA russes devraient toutes être réalisées par Artemeiev et Matveev : le 19 mai, 20 juin, 15 et 17 juillet, 10 et 12 août.

Mi mai, les scaphandres EMU, hérités de l'ère de la navette sur ISS ont été déclarées "interdites" pour les sorties dans l'espace opérationnelles normalement planifiées en attendant une analyse pour déterminer ce qui a conduit à l'excès d'eau dans le casque d'un astronaute lors d'une excursion en mars, annonce la NASA. Les scaphandres ne pourront être utilisés que pour les EVA en urgence. En juillet 2013, de l'eau s'était infiltré dans l'EMU de l'astronaute ESA Lucas Parmitano l'obligeant à retourner dans la station en urgence. Depuis plusieurs procédures pour un retour en urgence dans la station ont été mise au point et un cousin absorbant placé à l'arrière du casque de la tenue pour absorber l'excédent d'eau. Un tube en forme de paille a également été rajouté fournissant de l'air en secours. Lors de la sortie du 23 mars, de l'eau a été trouvé dans le casque de Matthias Maurer. il sera renvoyer sur terre par un cargo Dragon pour analyses. 4 EVA étaient planifiées cette années pour moderniser la station, en aout et en novembre.

18 mai, au sommet d'un lanceur Atlas 5, la cabine de Boeing CST 100 Starliner décolle du SLC41 et rejoint en une journée ISS. Elle apporte 230 kg d'équipement pour les astronautes. Durant son vol de 8 jours, elle sera chargé de 270 kg de fret avant son atterrissage. Cette mission, dite OFT 2 fait suite au vol OFT, rebaptisé OFT 1, en décembre 2019 qui n'avait pas permit à la cabine de s'amarrer à la station suite à plusieurs gros problèmes.

   

Mai, la cosmonaute russe Anna Kikina devrait voler sur un vaisseau Soyouz MS22 ou Dragon USCV 5, la décision n'est pas encore prise coté russe. La cosmonaute s'est entrainé sur le Dragon pendant 10 jours. La mission sera réalisé avec le Crew dragon Endurance.

Mai, Progress MS20 tentera un rendez-vous avec ISS en une seule orbite annonce Roskosmos, les essais sur les MS18-et 19 ayant été conclue. Lancement le 3 juin.

Progress MS20 est lancé le 1er juin et rejoint la station en une orbite.

Après la commande initiale de 6 vols (après la certification du vaisseau), puis l'achat de 3 missions supplémentaires en février 2022 (pour 776 M€), la NASA commandera 5 vols supplémentaires à Space X (soit jusqu'à Crew-14) dans le cadre du contrat CCtCap (Commercial Crew Transportation Capabilities). La NASA confortera ainsi sa capacité d'accès à ISS tous les  6 mois en attendant la certification du CST 100 Starliner de Boeing. Cela couvrira les besoins de la NASA jusqu'à 2030 annoncés par la Maison Blanche, alors que Roscomos envisage de quitter l'ISS en 2024. Le contrat CCtCap initial décerné à Boeing et SpaceX en 2014 devait fournir à chaque constructeur 6 missions opérationnelles. Boeing n'a pas encore effectué de missions opérationnelle, le Starliner étant  toujours en phase de test. SpaceX a lancé sa 4e mission, Crew-4, en avril. La NASA, prévoyant que SpaceX terminerait bientôt les six missions alors que Starliner était encore en développement, a attribué à SpaceX 3 missions supplémentaires en février pour 776 millions de dollars . La nouvelle modification, si elle va de l'avant, porterait à 14, le nombre total de missions opérationnelle attribuées à SpaceX. Le Starliner, après son second vol test pourra réaliser sa première mission opérationnelle vers ISS d'ici 2023, après un vol habité fin 2023. Si le calendrier est respecté, la NASA devrait alterner les missions Space X et Boeing, le contrat avec Boeing s'étalant jusqu'en 2028. Space X prendrait le relais avec 2 vols par an jusqu'en 2030. La NASA pourrait d'ici là, rajouter des vols avec le Starliner, mais qui nécessiterait une nouvelle certification du lanceur. En effet, le Staliner a été certifié pour voler sur Atlas 5, lanceur qui réalisera son dernier vol avec le dernier Staliner, remplacer par Vulcain.

 

 

Vaisseau

Lancement

Equipage

Observations

2022
  19 janvier   EVA russe 51
Progress MS 19 15 février    
Cygnus NG 17 19 février    
  Mars   EVA US 79
Soyouz MS 21 18 mars Artemiev
Matveïev
Korsakov
 
Crew Dragon AX1 8 avril Lopez Alégria
Connor
Patty
Stibbe
Premier vol avec des astronautes 100% privée vers ISS
  18 avril   EVA Ruse 52
Crew Dragon USCV 4 26 avril Watkins
Lindgren
Hines
Cristoforetti (ESA)
Mission ESA "Minerva" de 185 jours
  28 avril   EVA russe 53, 250e EVA d'assemblage depuis 1998
CST-100 Starliner (Boe-OFT 2) 18 mai Automatique  
Progress MS 20 1e juin    
HTV X1 Avril    
CRS 25 Mai    
  Juillet   EVA russe 55-56-57-58
Soyouz MS 22 Septembre Prokopiev
Kikina
Peteline
 
Starliner CST USCV 5 Septembre Cassada
Mann
S. Williams
Epps
Wakata (Japon)
 
Starliner (CST 100) CFT 1   Fincke
Mann
Wilmore
 
 
Dream Chaser Cargo SNC 1      
Progress MS 21 Octobre    
  Novembre   EVA russe 59
Crew Dragon AX-2   Whitson
Hoffner
 
Progress MS 22 Décembre    

2023

Soyouz MS 23 Avril 2023 Kononienko
Tchoub
Fediaïev
 
Crew Dragon USCV 6   Bowen, Hoburg  
Crew Dragon AX 2      
Soyouz MS 23   Kononenko, Chub, Fediaev  
Crew Dragon AX 3      
Soyouz MS 24      
CST-100 Starliner-1  USCV-7   NASA
NASA
Roscosmos
Furukawa
 
Crew dragon AX 4      
Soyouz MS 24      
Soyouz MS 25   Skvortsov  
 

 

DESCRIPTION D' ISS