RETOUR A LA PAGE D'ACUEIL

CHRONOLOGIE ARIANE

1998

8 janvier, V105, arrivée du satellite BRASILSAT-B3 à Kourou et début de sa préparation au bâtiment S3B. BRASILSAT-B3 est le cinquième satellite de l'opérateur brésilien EMBRATEL confié à Arianespace, après les lancements des satellites BRASILSAT-A1 en février 1985, BRASILSAT-A2 en mars 1986, BRASILSAT-B1 en août 1994 et BRASILSAT-B2 en mars 1995. BRASILSAT-B3, de type HS-376W, est fabriqué par Hughes Space and Commnications à El Segundo en Californie (USA). Il complétera le système de télécommunications par satellite pour le Brésil et les pays du Mercosul en remplaçant le satellite BRASILSAT-B2 qui sera déplacé à quatre-vingt-quatre degrés Ouest, au-dessus de l'Océan Atlantique.
Le coût de BRASILSAT-B3 est de cent cinquante millions de dollars, soit environ neuf cents millions de francs dont soixante et onze millions de dollars pour le satellite, cinquante millions de dollars pour le lancement et trente millions de dollars pour l'amélioration de la partie sol et l'assurance (prime de douze à treize pour cent).
10 janvier,
V105, transfert du satellite INMARSAT 3F5 du bâtiment S1B au bâtiment S3A
15 janvier,
V105, début des opérations de remplissage du satellite BRASILSAT-B3 au bâtiment S3B.
15 janvier
, V105, transfert en zone de lancement de la fusée Ariane.
16 janvier, V105, début des opérations de remplissage du satellite INMARSAT-3F5 au bâtiment S3A.
19 janvier, V105,
érection des propulseurs d'appoint à poudre.
21 janvier, V105, début des opérations combinées lanceur - satellites (BRASILSAT-B3 et INMARSAT-3F5).
22 janvier, V105, répétition de la chronologie lanceur et encapsulation des satellites BRASILSAT-B3 et INMARSAT-3F5.

22 janvier, début de la campagne du lanceur Ariane 42P V106 avec l'érection du premier étage.
Le 106ème lancement d'Ariane, Vol 106, doit permettre de placer sur orbite de transfert le satellites Hot Bird 4 en utilisant un lanceur Ariane 42P équipé de 2 Propulseurs d'Appoint à Poudre (PAP). Le lanceur sera la 76ème Ariane 4 et la 8ème en configuration 42P.
La performance demandée au lanceur ARIANE est de 2966 kg dont 2885 kg représentent la masse du satellite à séparer sur l'orbite visée.

23 janvier, V106, érection du deuxième étage.

23 janvier, V105, fin de l'encapsulation des satellites BRASILSAT-B3 et INMARSAT-3F5.
24 janvier, V105, transfert du composite satellites vers la zone de lancement.
26 janvier, V105,
pose du composite satellites sur le lanceur et début des contrôles associés.
27 janvier, V105, répétition générale du lanceur.

27 janvier, V107, arrivée du satellite SPOT-4 à Kourou et début de sa préparation au bâtiment S1B. Le constructeur est MATRA MARCONI SPACE, Toulouse pour le compte du CNES (France). La mission du satellite SPOT-4 est de prendre des vues à haute résolution pour les services de télédétection et des vues à résolution moyenne afin d'offrir une couverture globale pour la surveillance de l'environnement. Son poids total au lancement est de 2755 kg pour une masse à sec du satellite de 2600 kg. Son corps principal mesure l2.5 x 2.5 x 5.6 m pour une envergure du générateur solaire en orbite de 4 x 8 m, il est stabilisé sur 3 axes. Sa durée de vie est de 5 ans. Sa charge utile haute résolution utilisation des moyens infrarouge, et un ensemble de charges utiles complémentaires comme :
PASTEL: expérience de liaison optique inter-orbitale SILEX,
PASTEC: " passager technologique ",
VEGETATION: instrument à champ large complémentaire,
MDM: mémoire de masse,
ESBT: répéteur à spectre étalé,
DORIS: charge utile destinée à la localisation,
VEGA: répondeur radar,
POAM: mesure de l'ozone.
Son orbite est héliosynchrone à 830 km d'altitude.

Arrivée du satellite SPOT-4 à Kourou.

28 janvier, V105, revue d'aptitude au lancement (RAL) et l'armement du lanceur.
29 janvier, V105,
remplissage du premier et deuxième étage en UH25 et N2O4.

29 janvier, V106, arrivée du satellite Hot Bird 4 à Kourou et début de sa préparation au bâtiment S1A.

Le satellite Hot Bird 4 est le 11ème satellite sur les 14 que l'organisation Eutelsat à confié à Arianespace. Construit par Matra Marconi Space, il sera le 5ème satellite localisé à 13 degrés Est, position phare du dispositif Eutelsat pour la diffusion de programme de télévision, radio et services multimédia en Europe, de l'Islande à la Turquie. Son Poids total au lancement est de 2885 kg et sa masse en orbite géostationnaire en début de vie de 1770 kg. La masse à sec du satellite est de 1310 kg. Les dimensions du corps principal sont de 3.65 x 2.30 x 3.99 m sa hauteur au lancement de 3.6 m et son envergure en orbite de 27.9 m. Il est stabilisé sur ses 3 axes. Sa durée de vie est de 12 ans. Sa charge utile est de 20 répéteurs en bande Ku.
29 janvier, V106, érection du troisième étage.

30 janvier, V105, remplissage du troisième étage en oxygène et hydrogène liquides. Report du vol V105 du lanceur Ariane 4 en raison d'un vent trop fort en altitude. Le tir était initialement prévu à 20 h 29.
31 janvier, V105, nouveau report du vol V105 du lanceur en raison d'un vent trop fort.
Les responsables du tir craignent en cas d'échec des retombées sur la ville de Kourou. Il est décidé d'attendre la nuit du deux au trois février pour effectuer le lancement.

Février, le vol d'Ariane 502, franche réussite sur un plan général, fut cependant perturbé par une anomalie : les charges utiles (des maquettes), furent placées sur une orbite d'altitude inférieure à l'orbite géostationnaire visée.
Il s'agit du phénomène de roulis observé durant le vol de l'Etage à Propulsion Cryotechnique, c'est-à-dire après la séparation des Etages d'Accélération à Poudre (EAP). L'ensemble du scénario a été assez rapidement analysé. 
Les dernières analyses ont démontré que ce couple provient bien du moteur Vulcain, plus particulièrement du divergent (tuyère). Il faut en effet savoir que ledit divergent est refroidi avec de l'hydrogène liquide, qui circule tout le long de la surface dans des petits conduits en forme de spirale descendante. Sur la durée de combustion de l'EPC, après la séparation des EAP (8 minutes) la rugosité interne de ces conduits a fourni cette rotation à l'ensemble du lanceur, qui n'a pu être compensée par le système de contrôle d'attitude (petites tuyères tangentielles, au niveau de l'EPS).
Quant à la cause initiale de ce roulis, il a été déterminer avec certitude. Il est certain désormais que ce roulis est dû à l'entraînement d'une partie de la couche limite du jet à l'intérieur du divergent du moteur Vulcain. Cet entraînement est provoqué par la forme en spirale des tubes accolés qui constituent la paroi refroidie de ce divergent, ou plus exactement par les aspérités qui existent entre ces tubes (irrégularités de l'ordre de 1 à 2 dixièmes de millimètre). Il en résulte un couple de roulis de l'ordre de 850 à 1000 newton.mètre, ce qui équivaut à une force de 50 kg placée vers la périphérie de ce divergent, à comparer à la poussée de 100 tonnes environ...
La mesure de ce couple, effectuée au banc quatre mois après le vol, est très délicate et a nécessité un montage très sophistiqué.

1998 V101 cause.jpg (150840 octets)

Les solutions pour corriger ce problème de conception (relativement minime a fortiori) sont de trois ordres : 
_ 1 renforcer le système de contrôle d'attitude (SCA) pour qu'il puisse contrer un tel couple. 
_ 2 contrer directement ce couple en orientant de manière adéquate les deux tuyères des turbo-pompes LH2 et LOX, ces deux tuyères étant solidaires du divergent du Vulcain, de part et d'autre. 
_ 3 contrer directement ce couple en excentrant le moteur Vulcain sur son bâti d'attache à l'EPC. 
La solution 1 sera implémentée, certainement provisoirement, sur le troisième et dernier vol de qualification. La solution 2 semble être privilégiée pour l'avenir, et devrait être également essayée pour la mission A-503 (dans ce cas, le "super-SCA" ne serait là qu'en secours) La solution 3 serait une solution de "rechange" pour l'après A-503, si la solution 2 n'est pas satisfaisante. La récupération des EAP, qui n'avait pas pu être réalisée pour A-502, suite à une défaillance des systèmes pyrotechniques de libération des parachutes, est un autre enjeu de A-503.

2 février, V106, transfert du satellite Hot Bird 4 du bâtiment S1A au bâtiment S3B.

3 février, V105, report du vol V105 en raison d'un vent trop fort en altitude.
Chaque jour de retard coûte environ 1 million de francs. Depuis les échecs de V36 et AR501, qui ont validé les modèles mathématiques des zones d'impact, les risques sont mieux connus et la sauvegarde a été renforcée pour protéger la ville de Kourou.

1998 V105 pad.jpg (114688 octets)

ARIANE 44LP V105

Lancement le 4 février à 20 h 29 locale. Ce lancement a permis de placer sur orbite de transfert les satellites BRASILSAT-B3 et INMARSAT-3F5. Ce lanceur est le soixante-quinzièmes Ariane 4 et le dix-septièmes en version 44LP. La performance demandée au lanceur Ariane est de 4259 kilogrammes dont 3760 kilogrammes représentent la masse des satellites. À ce jour, cent quarante-deux satellites et vingt-six charges auxiliaires ont été placés en orbite, avec succès, par Arianespace. C'est le premier tir de l'année 1998.


9 février, V106, début des opérations de remplissage du satellite Hot Bird 4 au bâtiment S3B.
12 février, V106, transfert du lanceur en zone de lancement ELA-2.
14 février, V106, érection des propulseurs d'appoint à poudre.
17 février, V106, début des opérations combinées et répétition de chronologie lanceur (RCL).
18 février, V106, début de l'encapsulation du satellite Hot Bird 4BSat-1B.

18 février, début de la campagne du lanceur Ariane 40 V107 avec l'érection du premier étage. Le 107ème lancement d'Ariane, Vol 107, doit permettre de placer sur orbite héliosynchrone le satellite SPOT-4 en utilisant un lanceur Ariane 40 sans propulseur d'appoint. Ce lancement sera le 77ème d'une Ariane 4 et le 6ème en configuration 40. La performance demandée au lanceur Ariane est de 2800 kg dont 2755 kg représentent la masse satellite à séparer sur l'orbite visée.

19 février, V106, transfert du composite-satellite vers la zone de lancement.

19 février, V107, érection du deuxième étage.

20 février, V106, pose du composite satellites sur le lanceur et contrôles associés. Répétition générale du lanceur.
25 février, V106, revue d'aptitude au lancement et armements du lanceur.
26 février, V106, remplissage du premier étage et du deuxième étage en UH 25 et N2O4.

26 février, V107, érection du troisième étage.
27 février, V107, transfert du satellite SPOT-4 du bâtiment S1B au bâtiment S3B.

27 février, V106, remplissage 3e étage en oxygène et hydrogène liquides.

1998 V106 pad.jpg (36016 octets)

ARIANE 42P V106

lancement le 28 février à 19 h 38 locale. Les paramètres de l'orbite de transfert géostationnaire calculés à l'injection du troisième étage sont :
Périgée : 199,6 km pour 200 (± 3) km visés,
Apogée : 35.905 km pour 35.946 (± 150) km visés,
Inclinaison : 6,98° pour 7,00° (± 0,06)° visés.

    1998 V106 launch.jpg (141480 octets)

3 mars, V107, début des opérations de remplissage du satellite SPOT-4 au bâtiment S3B.

7 mars, V 107, transfert du lanceur Ariane.
11 mars, V107, début des opérations combinées.
12 et 13 mars, V107, encapsulation du satellite SPOT-4 et répétition de chronologie lanceur (RCL).
14 mars, V107, transfert du composite-satellite vers la zone de lancement.
16 mars, V107, pose du composite satellites sur le lanceur.
17 mars, V107, répétition générale du lanceur.
18 mars, V107, revue d'aptitude au lancement et armements du lanceur.
19 mars, V107, remplissage du premier étage et du deuxième étage en UH 25 et N2O4.
20 mars, V107, remplissage 3e étage en oxygène et hydrogène liquides.
Pendant la phase finale de préparation du satellite SPOT 4 à Kourou, le CNES a détecté une anomalie nécessitant une intervention sur le satellite SPOT-4. En conséquence, Arianespace a décidé de reporter le Vol 107. 
Le lancement du satellite d'observation de la terre SPOT 4 est maintenant prévu à Kourou le 24 à 02h46', heure de Paris.

ARIANE 40 V107

Lancement le 24 mars à 22 h 46 locale du lanceur Ariane V107. Le CNES a permit une première dans l'histoire de l'observation spatiale en réalisant une prise de vue du satellite européen ERS-1 grâce au satellite Spot-4. ERS-1 parcourt une orbite plus basse de 41 km double Spot à la vitesse relative de 250 Km/h.

1998 V107 launch.jpg (221597 octets)

24 mars, V108, arrivée du satellite Nilesat-101 à Kourou et début de sa préparation au bâtiment S1A. C'est le premier satellite pour un pays du continent africain. Ce satellite de télévision directe a été construit pour la société égyptienne NILESAT par MATRA MARCONI SPACE dans le cadre d'un contrat clé en main. Sa zone de couverture s'étendra du Maroc aux pays du Golfe Persique. Son Poids total au lancement est de 1840 kg et sa masse en orbite géostationnaire en début de vie de 1100 kg. La masse à sec du satellite est de 795 kg. Les dimensions du corps principal sont de(Lxl)2.4 x 1.7 m sa hauteur en orbite de 2.3 m et son envergure en orbite de 21.5 m. Il est spiné à 5 tr/mn en GTO et sur 3 axes en GEO. Sa durée de vie est de 16.5 ans. Sa charge utile est de 18 canaux de télévision directe en bande Ku dont 12 actifs simultanément. Sa position orbitale sera à 7° Ouest, soit au dessus de l'Egypte.
26 mars, début de la campagne du lanceur Ariane 44P - V108 avec l'érection du premier étage. Le 108ème lancement d'Ariane, Vol 108, doit permettre de placer sur orbite de transfert les satellites NilSat-101 et BSat-1b en utilisant un lanceur Ariane 44P équipé de 4 Propulseurs d'Appoint à Poudre (PAP) et de la Structure Porteuse de Lancement Double ARIANE (SPELDA). Le lanceur sera la 78ème Ariane 4 et la 11ème en configuration 44P. La performance demandée au lanceur ARIANE est de 3535 kg dont 3069 kg représentent la masse satellites à séparer sur l'orbite visée, un record de performance pour une 44P.
27 mars, V108, érection du deuxième étage.

27 mars, La première image de SPOT 4 a été prise le 27 mars 1998 à 9 h 38 min 26 secondes (TU). Elle est issue d'une prise de vue sur l'orbite 113 réalisée par l'instrument HRVIR n°2 avec une incidence oblique de 18,9°. Elle est centrée sur le site de Baja (Hongrie) au sud de Budapest sur le Danube. Les coordonnées géographiques de son centre sont 46°04'50'' de latitude Nord et 18°40'00'' de longitude Est. Le produit numérique réalisé correspond à la combinaison de la bande spectrale rouge d'une résolution de 10 m (B2/M) avec les bandes spectrales verte (B1/XS1), proche infrarouge (B3/XS3) et moyen infrarouge (B4/MIR) qui ont une résolution de 20 m. Le résultat est un produit M+XI d'une résolution de 10 m contenant quatre images correspondant respectivement aux bandes spectrales : vert, rouge, proche infrarouge et moyen infrarouge. La représentation cartographique correspond à la projection sur un plan tangent au centre de l'image du paysage vu par le satellite, le haut de l'image étant orienté au Nord. Les deux représentations de ce même produit correspondent à l'affectation des couleurs fondamentales (rouge, vert, bleu) aux bandes spectrales de l'image numérique

Fin Mars, Aérospatiale vient de livrer à Arianespace son centième propulseur d'appoint à poudre. Il est destiné à Ariane 44P V108. Alors que les PAP F99 et 100 voyagent par bateau, les PAP F101 et 102 sont transporté en Guyane par avion Antonov AN 124, pour la première fois.

1 avril, V108, arrivée du satellite BSat-1B à Kourou et début de sa préparation au bâtiment S3A. BSat-1B est le 12ème satellite japonais lancé par Arianespace. Deuxième satellite de la nouvelle série des BSat construit et livré en orbite par HUGHES SPACE & COMMUNICATIONS, il permettra à la société B-SAT, l'un des pionniers de la télévision directe au Japon, de consolider sa couverture et son offre de services. D'un poids total au lancement de 1230 kg pour une masse en orbite géostationnaire en début de vie de 708 kg. La masse à sec du satellite est de 500 kg. Le diamètre du corps principal est de 12.17 m, sa hauteur au lancement de 3.15 m et sa hauteur en orbite de 7.97 m. Sa durée de vie est de plus de 10 ans. Sa charge utile est de 8 répéteurs de télévision directe en bande Ku (4 en back-up). Sa position orbitale sera à 110° Est, soit au dessus de Bornéo.
2 avril, V108, érection du troisième étage.
6 avril, V108, transfert du satellite Nilesat-101 du bâtiment S1A au bâtiment S3B.
7 avril, V108, début des opérations de remplissage du satellite Nilesat-101 au bâtiment S3B.
8 avril, V108, début des opérations de remplissage du satellite BSat-1b au bâtiment S3A.
10 avril, V108, intégration du moteur à poudre du satellite BSat-1b.
14 avril, V108, transfert du lanceur en zone de lancement ELA-2.
17 avril, V108, érection des propulseurs d'appoint à poudre.
17 avril, V108, début des opérations combinées et répétition de chronologie lanceur (RCL).
18 avril, V108, début de l'encapsulation du satellite BSat-1b.
19 avril, V108, fin de l'encapsulation du satellite Nilesat-101.
22 avril, V108, transfert du composite-satellite vers la zone de lancement.
24 avril, V108, pose du composite satellites sur le lanceur et contrôles associés. Répétition générale du lanceur.
25 avril, V108, revue d'aptitude au lancement et armements du lanceur.
27 avril, V108, remplissage du premier étage et du deuxième étage en UH 25 et N2O4.
28 avril, V108, remplissage 3e étage en oxygène et hydrogène liquides.

ARIANE 44P V108

Lancement le 29 avril à 19 h 53 locale du lanceur Ariane 44P. Les paramètres provisoires de l'orbite de transfert géostationnaire calculés à l'injection du troisième étage sont :
Périgée : 199,4 pour 199,6 (± 3) km visés
Apogée : 35 985 pour 35 984 (± 150) km visés
Inclinaison : 7.005° pour 6.999° (± 0,06)° visés.

12 mai, Aerospatiale livre à l'Agence spatiale européenne (ESA), le démonstrateur de rentrée dans l'atmosphère ARD (Atmospheric Reentry Demonstrator) qui sera lancé par Ariane 5.

La France avait convaincu ses partenaires de l'ESA, en 1995, de lancer un projet de véhicule de retour, afin d'étendre les capacités d'Ariane 5 et de repêcher une partie des études menées pour le coûteux projet de la navette Hermés abandonné en 1992. En 1996, la Nasa s'associe à l'ESA pour étudier en commun un vaisseau, de secours et de ravitaillement, pour la station spatiale internationale. Claude Allègre hostile aux vols habités, a désengagé cette année la France du projet. Entre-temps, son précurseur, l'ARD, est sorti des cartons.
"Ce démonstrateur va permettre à l'Europe de prouver son indépendance dans le domaine de la rentrée guidée dans l'atmosphère", explique Philippe Couillard, directeur du centre opérationnel espace d'Aérospatiale. Jusqu'à présent, seuls les Américains et les Russes maîtrisaient le retour sur Terre de véhicules habités ou non. Les délais de fabrication très courts et une enveloppe financière modeste ont obligé les Français à rentabiliser des techniques déjà existantes. Ainsi des technologies venant d'Ariane 5 ont été réutilisées pour le calculateur. la centrale inertielle et le système de contrôle d'altitude. Quant à la forme sphéro-conique, qui permet de mieux freiner, est largement inspirée des capsules Apollo. Ce type de freinage provoque une onde de choc qui chauffe l'air et non le véhicule.

La capsule ARD en intégration dans l'établissement d'Aerospatiale à Bordeaux.

Des panneaux en poudre de liège et en résine phénolique protègent le cône et le capot de températures supérieures à 2000 degrés. Une technique de "godille" agissant sur la portance de l'appareil lui évitera les rebonds classiques de la rentrée dans l'atmosphère.
Le programme ARD s'élève a quarante millions d'écus sur quatre ans, soit soixante-dix millions de francs par an, soit moins de un pour cent du budget total du Centre national des études spatiales (CNES). La participation française s'élève à cinquante pour cent, répartis entre Aerospatiale et Matra Marconi Space. Alors que celle de la Belgique intervient à vingt pour cent, l'Allemagne et l'Italie à quinze pour cent chacune.
"Cette première expérience de retour va donc permettre de passer de la simulation à la pratique. Ouvrant, espère-t-on chez Aerospatiale, la voie à des vois habités dans le futur, comme au transport de matériel, aller-retour. on toute sécurité. Mais avec quels crédits?

L'analyse du second vol AR 502 a confirmé que le couple de roulis avait été formé par le divergent du moteur Vulcain. Il a donc été décide qu'un second système de contrôle d'attitude (SCA) serait installé sur AR 503 et qu'il serait procédé à un ajustement de l'échappement des turbines. La récupération des boosters avait échoué car le boîtier de largage de la jupe avant n'a pas résisté à la charge aérodynamique. Aussi, il a été décidé que le boîtier serait implanté à l'intérieur de la jupe et que la tolérance des parachutes serait augmentée lors de la retombée (le booster pèse alors 40 t). Pour lutter contre un niveau acoustique excessif, le déluge d'eau sera augmenté sur la table de lancement. Pour atténuer le choc a l'interface de la charge utile basse, un anneau d'amortissement sera ajouté sur la case à équipement d'AR 503 en attendant celle du programme Perfo 2000 qui sera dotée d'un système de séparation à double découpe. Enfin, pour atténuer le choc au niveau de la charge utile haute, la coiffe sera dotée d'un système de séparation à choc réduit à partir d'AR 506. Le troisième et dernier vol de qualification AR 503 emportera un satellite de télécommunications de 2790 kg (sans doute Eutelsat-3F2) et la capsule européenne ARD de 2716 kg. La campagne de tir commencera à la mi-juillet pour un lancement prévu le 11 septembre.

Par ailleurs, le lanceur de référence incorporera certaines modifications. Elles concernent le programme de vol (une trentaine de modifications pour AR 503 et une douzaine d'autres pour parvenir au modèle de référence d'ici a la fin de l'année seront testées sur l'installation de simulation fonctionnelle, rallongement des tuyères des boosters à ergols solides à partir d'AR 503, le retour de pression différentielle sur l'étage principal EPC et les boosters EAP pour respecter le manuel de l'utilisateur, limiter les charges aérodynamiques et les efforts dans les vérins à partir d'AR 504, l'utilisation de la SPELTRA courte à partir d'AR 504, ainsi que le système de séparation horizontale à choc réduit de la coiffe à partir d'AR 506. Par ailleurs, la qualification structurelle du composite supérieur sera achevée pour divers configurations à lancement simple ou double. La coiffe longue, pour sa part, sera réalisée en 1999. Elle sera utilisée avec le satellite Envisat à la fin 1999, les satellites Metop, puis avec le remorqueur ATV à partir de 2003. La fiabilité est désormais estimée a 98,6 % au lieu des 98,5 % théoriques (un échec sur 70 tirs) grâce aux données obtenues lors des deux premiers vols (l'effet des protons sur les composants électroniques compte pour 14 %). Le programme d'accompagnement ARTA 5 de 351,5 MUC (2,3 MdF) a largement commencé. Il s'agit d'un ensemble d'actions préventives et correctives permettant de vérifier le maintien des performances du lanceur, d'identifier et corriger les anomalies décelées en vol ou en essai et, si besoin, de requalifier des produits frappés d'obsolescence. Parmi les actions mises en place, il y a des essais de moteurs dont un tir au banc de booster à ergols solides prévu a la fin 1999, ainsi que l'expertise après vol des boosters récupérés en mer. Deux opérations annuelles de récupération sont prévues dans le programme ARTA, dont la première est programmée sur le lanceur AR 503 (celle d'AR 502 avait échouée). En outre, de nombreux cas d'obsolescence ont été constatés dès le début de l'exploitation du lanceur, notamment dans le domaine de l'électronique et des matériaux.

Le programme Perfo 2000 a été adopté par Arianespace la semaine dernière. Il se traduira par des actions d'optimisation de la propulsion. Sur l'EPC, le régime moteur sera optimisé au cours du vol, ceci etant obtenu par le basculement d'une vanne du générateur de gaz. La poussée du moteur sera augmentée après la séparation des EAP pour être ensuite diminuée après 400 s de vol afin de bénéficier du maximum d'impulsion spécifique. Le fond commun entre les réservoirs d'oxygène et d'hydrogène sera déplacé de 17 cm vers le bas afin d'accroître la masse d'oxygène embarqué. Pour l'&tage supérieur (EPS), le rapport de mélange sera optimisé, le volume du réservoir de MMH sera augmenté et la tuyère du moteur sera allongée de 10 cm. La case à équipement sera allégée de 108 kg en remplacant le métal par un nid-d'abeilles (sandwich en fibre de carbone) et possédera un système de séparation à double découpe. Enfin, le système de lancement double Sylda-5 sera allongé de 1,5 m en version longue. Ces modifications, qui seront effectives à partir d'AR 517 (lot P2), permettront de gagner 500 kg de charge utile. 

Arianespace procède également au développement de systèmes d'interfaces pour l'adaptation de certaines charges utiles. Il y a l'adaptateur pour appliquer des standards d'Ariane 4 sur Ariane 5, les nouveaux standards demandés par certains clients comme Hughes (séparation pyrotechnique en quatre points au lieu de systèmes à sangles), ainsi que le système ASAP-5 pour l'emport de petites charges utiles de 80 a 100 kg jusqu'a huit passagers auxiliaires). 

Pour modifier l'infrastructure du Centre spatial guyanais, une enveloppe de 335,7 MUC (2,2 MdF) avait été engagée en 1995. Outre les adaptations pour Vulcain-2 et Sylda-5, il faudra rehausser la porte et installer une nouvelle plateforme de travail au Bâtiment d'intégration lanceur BIL, Il faudra aussi légèrement modifier le Bâtiment d'assemblage finale BAF. Deux bras pour les étages cryogéniques seront installés sur le mat de la table de lancement. De plus, il faudra aussi adapter la seconde table de lancement. 

Les développements de la famille Ariane assureront du travail aux équipes du CNES et de l'ESA jusqu'en 2006. Mais à partir de 2007, il leur faudra étudier la génération suivante de lanceurs qui succèdera a Ariane 5 a partir de 2020. Cette Ariane X sera probablement un engin réutilisable. Les études qui ont été menées dans le cadre du programme Festip seront poursuivies par le FLTP qui débutera cet automne avec un financement modeste d'environ 100 MUC (650 MF) pour trois ans. Seulement quelques concepts semi-réutilisables (TSTO) seront étudies dans un premier temps. Mais les démonstrateurs en vol ne devraient pas apparaître avant 2001. Une option pourrait consister en un EPC monté sur un étage récupérable. Cependant, les systèmes réutilisables n'ont pas encore démontré qu'ils étaient capable de réduire le coût des lancements.

La production d'Ariane 5 (lot P1 de 14 lanceurs AR 503 a 516) porte sur trois lanceurs en 1998, cinq en 1999, puis six en 2000. Certains éléments d'AR 516 sont déjà en production. Au niveau des EAP et de l'EPS, seuls ceux du lanceur AR 503 ont été construits, tandis qu'une avance très importante a été prise dans la production de l'EPC, ce qui pose quelques problèmes de stockages. Le lot P2 de 20 lanceurs (AR 517 a 536) sera bientôt commandé avec un engagement sur 50 lanceurs. La cadence de production sera de 8 lanceurs par an en 2001 et 2002, puis de 10 par an à partir de 2003. Elle sera ainsi doublée dans les trois ans. Le cycle de production sera ainsi réduit de 44 mois pour le lot P1 à 24 mois en 2003. La cadence de lancement atteindra 8 tirs par an en 2000, puis 10 tirs par an en 2001. Mais il sera possible d'aller jusqu'a 12 tirs en utilisant deux tables de lancements (campagnes de 24 jours). Des efforts seront nécessaires pour obtenir le coût de production minimal. La réduction du coût récurrent devrait permettre de diviser le prix par deux dès le début du lot P3 par rapport a P1.

26 mai, le CNES a mis le satellite Spot-4 à la disposition de Spot Image qui en assurera désormais l'exploitation commerciale.

4 juin, V112, à bord du Toucan, l'ARD quitte le port de Bordeaux pour Kourou, il arrivera à Kourou le 14.

23 et 24 juin, le conseil de l'ESA qui s'est tenu à Bruxelles à permis d'obtenir 1,66Mfr pour démarrer quatre nouveaux programmes :
- La première phase de développement du programme Ariane 5 plus,
- Le démarrage du programme du petit lanceur Vega,
- Le programme cadre d'observation de la Terre,
- Etude du système de navigation GNSS-2.

21 juillet, début de la campagne du lanceur Ariane 44P V109 avec l'érection du premier étage.
Le 109ème lancement d'Ariane, Vol 109, doit permettre de placer sur orbite de transfert le satellite ST-1 en utilisant un lanceur Ariane 44P équipé de 4 Propulseurs d'Appoint à Poudre (PAP). Le lancement sera le 79ème d'une Ariane 4 et le 12ème en configuration 44P. La performance demandée au lanceur Ariane est de 3316 kg dont 3255 kg représentent la masse satellites à séparer sur l'orbite visée.
23 juillet, V109, érection du deuxième étage.
29 juillet, V109, érection du troisième étage.
31 juillet, V109, arrivée du satellite ST-1 à Kourou et début de sa préparation au bâtiment S3A.
Le satellite de télécommunications ST-1, pour Singapore Telecom de Singapour et Chunghwa Telecom de Taïwan, est le premier satellite pour Singapour et pour Taiwan. Ce satellite de télécommunications a été construit par MATRA MARCONI SPACE dans le cadre d'un contrat clé en main. Sa zone de couverture s'étendra du Moyen-Orient à l'Extrême-Orient. ST-1 aura une puissance de 6,5kW et sera localisé à 88° Est. Disposant de 16 répéteurs en bande Ku et 14 en bande C, ce sera l'un des plus puissants satellites de télécommunications en orbite au-dessus de l'Asie.

7 août, V109, transfert du lanceur en zone de lancement ELA-2.
8 août, V109, transfert du satellite ST-1 du bâtiment S3A au bâtiment S3B et début des opérations de remplissage.

10 août, V110, arrivée du satellite Pas-7 à Kourou et début de sa préparation au bâtiment S1B. Le satellite PAS-7 est le 6ème satellite parmi les 9 confiés par PanAmSat au lanceur Ariane. Construit par Space Systems / Loral à Palo Alto en Californie, il assurera la transmission de programmes de télévision directe sur l'Europe, l'Afrique et l'Asie. D'un poids total au lancement de 3838 kg pour une masse en orbite géostationnaire, en début de vie, de 2118 kg. Ses dimensions au lancement sont de 2.4 x 2.2 m, sa hauteur en orbite de 6.1 m et son envergure en orbite de 3.6 m. Il est stabilisé sur ses trois axes. Sa durée de vie est de 15 ans. D'une puissance électrique de 11 000 W en début de vie, sa charge utile est composée de 40 canaux en bande Ku et 18 canaux en bande C pour une capacité de transmission de plusieurs centaines de programmes de télévision digitale. Sa position orbitale sera à 68,5° Est, soit au dessus de l'Océan Indien.

13 août, V109, érection des propulseurs d'appoint à poudre.

13 août, début de la campagne du lanceur Ariane 44LP V110 avec l'érection du premier étage. Le 110ème lancement d'Ariane doit permettre de placer sur orbite de transfert le satellite PAS 7 en utilisant un lanceur Ariane 44LP équipé de 2 Propulseurs d'Appoint à Liquide (PAL), de 2 Propulseurs d'Appoint à Poudre (PAP). Ce lanceur sera le 80ème d'une Ariane 4 et le 19ème en configuration 44LP. La performance demandée au lanceur ARIANE est de 3880 kg dont 3838 kg représentent la masse du satellite à séparer sur l'orbite visée.
14 août, V110, érection du deuxième étage.

17 août, V109, début des opérations combinées et répétition de chronologie lanceur (RCL).
18 août, V109, encapsulation du satellites ST-1.

18 et 19 août, V110, érection des propulseurs d'appoint liquide.

19 août, V109, transfert du composite-satellite vers la zone de lancement.
20 août, V109, pose du composite satellites sur le lanceur et contrôles.

20 août,  V110, érection du troisième étage.

21 août, V109, répétition générale.
22 août, V109, revue d'aptitude au lancement et armements du lanceur.

22 août, V110, transfert du satellite Pas-7 du bâtiment S1B au bâtiment S3B et début des opérations de remplissage.

24 août, V109, remplissage du premier étage et du deuxième étage en UH 25 et N2O4.
25 août, V109, remplissage 3e étage en oxygène et hydrogène liquides.

ARIANE 44P V109

Lancement le 26 août à 20 h 07 locale du lanceur Ariane 44P - V109. Les paramètres de l'orbite de transfert géostationnaire calculés à l'injection du troisième étage sont :
Périgée : 280.4 km pour 280 (± 3) km visés,
Apogée : 35,976 km pour 35.943 (± 150) km visés,
Inclinaison : 3.97 pour 4,00° (± 0,06)° visés.

1998 V109 launch.jpg (108197 octets)

28 août, V113, arrivée du satellite GE-5 à Kourou et début de sa préparation au bâtiment S1B. Le satellite GE-5, de la société américaine GE American Communications (USA), sera lancé dans le cadre d'un contrat clé en main avec Dornier Satellitensysteme du groupe Daimler-Benz Aerospace (DASA), (Allemagne). Il a été construit en coopération européenne sous la maîtrise d'œuvre d' Alcatel Space Industries (Cannes, France). D'une masse au décollage de 1719 kg, équipé de 16 répéteurs en bande Ku, il complétera la couverture globale des Etats-Unis pour la diffusion de programmes de télévision.

30 août, V112, démarrage de la campagne de préparation au lancement de l'ARD. A la suite de l¹échec du premier vol de qualification A501 et du succès du second vol de qualification A502, plusieurs modifications ont été apportés au lanceur pour prendre en compte l¹ensemble des analyses des données de vol. 
Le programme de vol a ainsi subi plusieurs modifications fonctionnelles depuis le deuxième vol de qualification. Ces améliorations concernent notamment le contrôle d'attitude, le pilotage, le guidage et la navigation. Les analyses des données de vol et des essais sur le banc Vulcain ont permis de comprendre les causes du couple en roulis excessif observé lors du vol A502. Celui-ci sera corrigé par un calage des tuyères d¹échappement des turbines du moteur Vulcain. De plus, la puissance du Système de Contrôle d¹Attitude (SCA) a été très largement augmentée afin de contrer toute autre perturbation possible. 
Des modifications ont été effectuées au système de récupération par parachutes. Le "Boitier Sécurité Armement" (BSA) a été repositionné dans la jupe avant de chaque étage d'accélération à poudre afin de mieux résister aux conditions de la rentrée atmosphérique. Les alimentations du système de récupération ont été séparées et sont maintenant positionnées dans la jupe avant et la jupe arrière des EAP. Enfin, les sangles de certains parachutes ont été rallongées afin de mieux résister au roulis des accélérateurs lors de leur descente.

Après les deux premiers vols A501 et A502, le troisième vol d'Ariane 5 doit achever la qualification du système de lancement Ariane 5. Ce vol A503 doit rendre le système Ariane 5 prêt pour la mise en orbite de satellites commerciaux avec la précision et la qualité requises pour un service opérationnel. Avant de passer à la phase purement commerciale, l¹ESA et le CNES doivent achever le processus de qualification avec ce troisième vol d'essai, A503.

A503 est le premier lanceur de la phase opérationnelle depuis que la production et les opérations ont été confiées à Arianespace à la fin de 1998. A la suite de l¹échec du premier vol de qualification A501 et du succès du second vol de qualification A502, plusieurs modifications ont été apportées au lanceur pour prendre en compte l¹ensemble des analyses des données de vol. Parmi celles-ci les modifications principales sont les suivantes : Le programme de vol a ainsi subi plusieurs modifications fonctionnelles depuis le deuxième vol de qualification. Ces améliorations concernent notamment le contrôle d'attitude, le pilotage, le guidage et la navigation. Les analyses des données de vol et des essais sur le banc Vulcain ont permis de comprendre les causes du couple en roulis excessif observé lors du vol A502. Celui-ci sera corrigé par un calage des tuyères d¹échappement des turbines du moteur Vulcain. De plus, la puissance du Système de Contrôle d¹Attitude (SCA) a été très largement augmentée afin de contrer toute autre perturbation possible.

1998 V112 EPC.jpg (972020 octets)    1998 V112 BIL.jpg (50937 octets)

Début septembre, V112, MaqSat-3 est arrivée dans le hall d'encapsulation au début du mois de septembre et placé sur son adaptateur.

1 septembre, V110, transfert du lanceur en zone de lancement ELA-2.
2 septembre, V110, érection des propulseurs d'appoint à poudre.

4 septembre, début de la campagne du lanceur Ariane 44L V111 avec l'érection du premier étage. Le lancement sera le 81ème d'une Ariane 4 et le 26ème en configuration 44L. La performance demandée au lanceur Ariane est de 4810 kg dont 4370 kg représentent la masse satellites à séparer sur l'orbite visée.
5 septembre, V111, érection du deuxième étage.

7 septembre, V110, début des opérations combinées et répétition de chronologie lanceur (RCL).
8 septembre, V110, encapsulation du satellites Pas-7.

8 septembre, V111, érection des propulseurs d'appoint liquide.
9 septembre, V111, arrivée du satellite W 2 à Kourou et début de sa préparation au bâtiment S1B. Le satellite W2 a été conçu et fabriqué par Alcatel Space Industries (Cannes, France) pour l'organisation européenne Eutelsat. Le satellite W2 est le 13ème satellite que l'organisation EUTELSAT a confié à Arianespace.
Sa charge utile est de 24 répéteurs en bande Ku de 72 et 36 MHz, sa capacité de transmission est d'un faisceau fixe au dessus de l'Europe, l'Afrique du Nord et le Moyen Orient (40 - 49 dBW) et d'un faisceau orientable positionné au dessus des Iles de la Réunion et Maurice (42 - 53 dBW). Sa duré de vie est de 12 ans et sa position orbitale sera à 16° Est, soit au dessus du Gabon.

9 septembre, V113, arrêt de la préparation du satellite GE-5 au bâtiment S1B.

9 septembre, V110, transfert du composite-satellite vers la zone de lancement.
10 septembre, V110, pose du composite satellites sur le lanceur et contrôles.
11 septembre, V110, répétition générale.

11 septembre, V111, érection du troisième étage. Arrivée du satellite Sirius-3 à Kourou et début de sa préparation au bâtiment S3A. D'un poids total au lancement de 2950 kg pour une masse en orbite géostationnaire, en début de vie, de 1810 kg.  Sa masse à sec est de 375 kg, sa hauteur au lancement de 4.6 x 2.5 x 1.8 m, son envergure en orbite, panneaux solaires déployés est de 29.00 m. Il est stabilisé sur ses trois axes. D'une puissance électrique de 5900 W (en fin de vie). Sa durée de vie est de 12 ans. Sa charge utile est composée de 24 répéteurs en bande Ku de 72 et 36 MHz. Ses capacité de transmission son d'un faisceau fixe au dessus de l'Europe, l'Afrique du Nord et le Moyen Orient (40 - 49 dBW) et d'un faisceau orientable positionné au dessus des Iles de la Réunion et Maurice (42 - 53 dBW). Sa position orbitale sera 16° Est, soit au dessus du Gabon.

12 septembre,  V110, revue d'aptitude au lancement et armements du lanceur.
14 septembre, V110, remplissage du premier étage, des PALs, et du deuxième étage en UH 25 et N2O4.
15 septembre, V110, remplissage 3e étage en oxygène et hydrogène liquides.

 

ARIANE 44LP V110

Lancement le 16 septembre à 3 h 31 locale. Les paramètres de l'orbite de transfert géostationnaire calculés à l'injection du troisième étage sont :
Périgée : 199,4 km pour 199,4 (± 3) km visés,
Apogée : 55,106 km pour 55,104 (± 150) km visés,
Inclinaison : 6,99 pour 7,00 deg. (± 0,06)deg. visés.

1998 V110 pad.jpg (159139 octets)   

17 septembre, V111, début des opérations de remplissage du satellite Sirius-3 au bâtiment S3A.
19 septembre, V111, transfert du satellite W2 du bâtiment S1B au bâtiment S3B.
21 septembre, V111, début des opérations de remplissage du satellite W2 au bâtiment S3B.
22 septembre, V111, transfert du lanceur en zone de lancement ELA-2.
23 septembre, V111, début des opérations combinées.

23 septembre, V113, arrivée du satellite AfriStar à Kourou et début de sa préparation au bâtiment S1B. Le satellite AfriStar sera le premier des trois satellites de la société de radiodiffusion directe Worldspace mis en orbite par Ariane dans le cadre d'un contrat avec Alcatel Space Industries qui est le maître d'œuvre et l'architecte industriel du système Worldspace. D'une masse au décollage de 2739 kg il sera localisé à 21° Est, Afristar diffusera en numérique : son, texte et image et desservira pendant plus de 15 ans le continent africain et le Moyen-Orient.

25 septembre, V111, encapsulation des satellites Sirius-3 et W2.
26 septembre, V111, fin de l'encapsulation des satellites Sirius-3 et W2 et répétition de la chronologie lanceur.

28 septembre, début de la campagne du lanceur Ariane 44L V113 avec l'érection du premier étage. Pour son 8ème lancement Ariane 4 de l'année, Arianespace utilisera une Ariane 44L, version la plus puissante du lanceur européen équipé de 4 propulseurs d'appoint à liquides (PAL). Avec une performance de 4946 kg de masse satellisé, le Vol 113 constituera le record absolu pour une 44L.

28 septembre, V112, l'ARD (Atmospheric Reetry Demonstrator - démonstrateur de rentrée dans l'atmosphère) est placé sur son adaptateur.

BAF, la capsule ARD avec son adaptateur est hissée pour être posé sur le sommet de la SPELTRA, au fond du bâtiment. la coiffe, attend à coté.

29 septembre, V113, érection du deuxième étage.

29 septembre, V111, transfert du composite-satellite vers la zone de lancement.
30 septembre, V111, pose du composite satellites sur le lanceur Ariane et contrôles.

1 octobre, V111, répétition générale.
2 octobre, V111, revue d'aptitude au lancement et armements lanceur. 
2 octobre, V112, l'ARD est placé sur le haut de la structure porteuse Speltra.

2 et 3 octobre, V113, érection des propulseurs d'appoint liquide.

3 octobre, V112, arrivée du lanceur Ariane 503 dans le bâtiment d'Assemblage Final.

3 octobre, V111, remplissage du premier étage, des PALs, et du deuxième étage en UH 25 et N2O4.
5 octobre, V111, remplissage 3e étage en oxygène et hydrogène liquides.

5 octobre, V113, érection du troisième étage.

ARIANE 42L V111

Lancement le 6 octobre à 19 h 51 locale. Les paramètres de l'orbite de transfert géostationnaire calculés à l'injection du troisième étage sont :
Périgée : 199,9 km pour 199,9 (± 3) km visés,
Apogée : 35.958 km pour 35.990 (± 150) km visés,
Inclinaison : 7,00 deg. pour 7,00deg. (± 0,06)deg. visés.

6 octobre, V113, transfert du satellite AfriStar du bâtiment S1B au bâtiment S3B.
7 octobre, V113, début des opérations de remplissage du satellite GE-5 au bâtiment S3A. Début des opérations de remplissage du satellite AfriStar au bâtiment S3B.

7 octobre, V112, MaqSat-3 est transféré du hall d'encapsulation. la coiffe est intégrée sur le composite ARD/Speltra. Cet ensemble est prêt pour son transfert vers l'autre section du bâtiment où se trouve le lanceur Ariane 503, posé sur sa table.

BAF, MaqSat 3, maquette instrumentée de 2718 kg représentative d'un satellite est la charge utile basse du composite AR503.

BAF, MaqSat est mis en place sur l'EPS d'Ariane 503. Le composite supérieur coiffe-SPELTRA avec l'ARD sera posé au dessus.

8 octobre, V112, le composite supérieur (ARD/Speltra/coiffe) a été mis en position sur le lanceur. Ariane 503 est dès lors complètement assemblé prêt pour les opérations de remplissage de l'étage à propergol stockable en N2O4 et MMH.

11 octobre, les bâtiments de la Marine Nationale, Le Révi et Le Prairial, quittent Papeete, avec à leur bord l'équipe Aerospatiale - DASA, pour rejoindre la zone de récupération de la capsule ARD.

14 octobre, V112, le remplissage en hydrazine du premier réservoir du Système de Contrôle et d'Attitude (S.C.A.) est complètement terminé.

15 octobre, V112, la fin du remplissage en hydrazine du deuxième réservoir du Système de Contrôle et d'Attitude (S.C.A.) a été plus longue que prévue. Compte tenu des opérations de préparation qui restent à effectuer, le Lancement d'Ariane 503 est reporté de 24 heures.

15 octobre,  V113, transfert du lanceur Ariane en zone de lancement ELA-2.

16 octobre, V112, revue d'Aptitude au Lancement (RAL).

16 octobre, V113, début des opérations combinées.
17 octobre, V113, début de l'encapsulation des satellites GE-5 et AfriStar.
19 octobre, V113, fin de l'encapsulation des satellites GE-5 et AfriStar et la répétition de la chronologie lanceur.

19 octobre, V116, arrivée du satellite SKYNET-4E à Kourou et début de sa préparation au bâtiment S1B. Construit par MATRA MARCONI SPACE à Stevenage (Grande-Bretagne), SKYNET 4E est le 3ème satellite lancé par Ariane pour le compte du Ministère Britannique de la Défense (MoD). Equipé de 4 répéteurs SHF et de 2 répéteurs UHF, il a une masse au décollage de 1490 kg et une puissance de 2000 W. SKYNET-4E participera aux communications stratégiques et tactiques des forces armées du Royaume-Uni.

19 octobre, début de la campagne du lanceur Ariane 42L V114 avec l'érection du premier étage. La performance demandée au lanceur Ariane 4 est de 4208 kg dont 4135 kg représentent la masse satellite à séparer sur  l'orbite visée. Pour la première fois, la manœuvre d’optimisation de l’injection en orbite de transfert géostationnaire dite P.V.A. (Perigee Velocity Augmentation) utilisera la stratégie d’injection O.U.R.S. L’objectif essentiel de la procédure «Ours» ( Optimisation de l’Utilisation de la Réserve Statistique) est d’offrir aux satellites une option d’utilisation différente du lanceur leur permettant de bénéficier d’une performance plus élevée. Elle est basée sur l’utilisation partielle de la réserve en ergols du H10, en parallèle d’une optimisation de la consommation des ergols du 3ème étage.

20 octobre, V112, début du transfert en zone de lancement de la fusée Ariane-503 à 10h 00 mn (heure locale). Le lanceur va mettre 1h 30 mn pour parcourir les 2800 mètres séparant le Bâtiment d'Assemblage Final de la zone de lancement. Les bateaux de récupération sont sur zone.

1998 V112 BAF.JPG (81920 octets)    1998 V112 transfert 01.jpg (83032 octets)

1998 V112 transfert 02.jpg (1530388 octets)

20 octobre, V114, érection du deuxième étage.

ARIANE 503 V112

1998 V112 pad 01.jpg (420724 octets)

Lancement le 21 octobre à 13h 37 locale du lanceur Ariane-503. La séparation des Etages d'Accélération à Poudre (EAP) se déroule comme prévu à environ 62 km d'altitude 2mn 23 après H0. 
Le largage de la coiffe intervient après 3mn 13. La séparation de l'Etage Principal Cryotechnique (EPC) a lieu à 139 km, à 9 mn 59.
A H0+12 mn, l'ARD (Atmospheric Reentry Demonstrator) se sépare à une altitude de 218 km. 3 mn 14 plus tard, l'Etage supérieur à Propergol Stockable (EPS) propulse l'ensemble étage supérieur et MAQSAT-3, la maquette représentative d'un satellite commercial, vers son point d'injection.
A H0+33 mn 07s, extinction du moteur de l'EPS, injection sur l'orbite de transfert géostationnaire.
Les paramètres calculés à cet instant précis sont :
Périgée : 1 027 km pour 1 028 (± 3 km) visés.
Apogée : 35 863 km pour 35 898 (± 200 km) visés.
Inclinaison : 6,999° pour 6,998° (± 0,05°) visés.

LANCEMENT D'ARIANE 503 Vidéo de 27 s (4 Mo)

1998 V112 launch 01.jpg (138678 octets)    1998 V112 launch 02.jpg (86478 octets)    1998 V112 launch 03.jpg (121572 octets)    1998 V112 launch 04.jpg (364972 octets)

De nombreuses caméras techniques ont permis de suivre précisément les premières secondes du décollage d'Ariane 503, dont certaines avec des ralentis importants. 

1) Table de lancement : vue rapprochée depuis la table de lancement de la séparation des liaisons de remplissage et vidange en hydrogène à la base du lanceur. On note le passage du moteur Vulcain avec à sa gauche la sphère d'hélium liquide. Vitesse de prise de vue : 500 images par seconde

2) Mât ombilical : vue rapprochée depuis le mat ombilical de table de lancement. Passage du lanceur en gros plan. Vue entre l'étage principal cryotechnique et un des propulseurs à poudre. Vitesse de prise de vue : 500 images par secondes

3) Table de lancement : vue rapprochée depuis la table de lancement du décollage au niveau de la partie arrière d'un propulseur à poudre. Vitesse de prise de vue : 1200 images par seconde

4) Zone de lancement : partie basse vue du décollage depuis la zone de lancement. On observe l'arrivée des déluges d'eau minimisant les effets acoustiques sur le lanceur. Vitesse de prise de vue : 200 images par seconde

5) Zone de lancement : vue générale 100 premiers mètres de la trajectoire du lanceur vus depuis la zone de lancement. On aperçoit le mat ombilical sur la gauche et les 4 pylônes anti-foudre.
Vitesse de prise de vue : 200 images par seconde

6) Hélicoptère : vue aérienne depuis un hélicoptère survolant la zone de lancement. Vitesse de prise de vue : 25 images par seconde

7) Site d'observation : vue éloignée Vue depuis le site d'observation IBIS à quelques kilomètres du pas de tir. On aperçoit les quatre pylônes anti-foudre et le château d'eau sur la droite.

8) Caméra embarquée Vitesse de prise de vue : 25 images par seconde Une caméra embarquée placée sur la case à équipement du lanceur et visualisant l'arrière de l'étage principal cryotechnique et un propulseur à poudre sur la droite. Les côtes de Guyane se dévoilent progressivement et on aperçoit l'ombre du lancement sur la mer.



Placé en position haute sous la coiffe d’Ariane 5, l’ARD s' est séparé du lanceur 12 mn après décollage, à une altitude de 218 km, et mis sur une trajectoire suborbitale. Le vol a culminé à une altitude de 830 km. ARD a amorcé sa rentrée dans l’atmosphère à une vitesse de 27 130 km/h à une altitude de 120 km. Son système de guidage, navigation et pilotage assisté par GPS s’est avéré très efficace, en "godillant" et permettant une excellente précision de trajectoire. La séquence de descente s’est déroulée nominalement. Les parachutes se sont déployés après passage en transsonique à environ 14 km d’altitude. La vitesse de l’ARD a ainsi été freinée à 7 m/s jusqu’à l’amerrissage, qui a eu lieu dans l’océan Pacifique entre les îles Marquises et Hawaï, 1h 41 mn 18 s après le décollage. Le point d’impact a été à 4,9 km du point initialement prévu. Deux ballons de flottaison l’ont maintenu en surface de la mer jusqu’à sa récupération. c'est le RR4000 Revi assisté de la frégate Prairial qui récupère l'ARD 6 heures plus tard.

1998 V112 fregate prairial.jpg (85307 octets)    1998 V112 remorqueur revi.jpg (86941 octets)

 

Aérospatiale Espace & Défense a réalisé le véhicule technologique ARD (Atmospheric Reentry Demonstrator), démonstrateur du futur véhicule de transport habité européen le CTV (Crew Transport Vehicle). 

1998 ARD.jpg (27671 octets)    1998 ARD 02.jpg (26096 octets)

Le programme ARD est un programme de l'ESA placé sous maîtrise d'oeuvre de la société Aérospatiale. Ce programme a pour objectif d'effectuer une rentrée dans l'atmosphère avec une capsule spatiale et de la récupérer. Cette capsule a une forme type capsule Apollo, de diamètre 279 mm, hauteur 2037 mm et masse 2800 kg. L'ARD est lancé par Ariane-503 sur une orbite rentrante avec une pente de rentrée voisine de -3° à 120 km d'altitude, et récupéré dans l'Océan Pacifique (près des îles Christmas).

L'A.R.D. est réalisé dans le cadre du programme MSTP (Manned Space Transportation), Programme de l'ESA. Ses dimensions seront proches de celles prévues pour le futur CRV. Dans le cadre d'un véritable défi pour l'ESA, son développement et sa réalisation ont été effectués dans moins de deux ans. Les enseignements du vol d'A.R.D. permettront de réduire les risques de développement du futur CTV.

L'A.R.D. est placé en position haute sur la SPELTRA (Structure Porteuse Lancement Triple Ariane). Il est largué dans l'espace après l'extinction de l'Etage Principal Cryotechnique (EPC) et avant l'allumage de l'Etage à Propergols Stockables (EPS). Il suit alors une trajectoire balistique suborbitale proche de celle de l'EPC avec une apogée à 980 km dont la durée est d'environ 1h30. Après avoir effectué une rentrée atmosphérique d'environ 15 minutes, l'A.R.D. atterrit dans l'océan Pacifique grâce à un parachute. Des balises de localisation permettent le repérage de l'A.R.D. et l'observation de son retour est possible depuis une île du Pacifique.

1998 ARD vue 3D.jpg (320879 octets)

Avec l'A.R.D., l'Europe réalise pour la première fois un véhicule spatial à rentrée "lente". Sur le plan technologique, l'A.R.D. permettra l'analyse des phénomènes aérothermodynamiques de la rentrée et l'effet du "black-out" sur le véhicule. Il offrira l'occasion d'essayer et de mesurer l'efficacité des matériaux de protection thermique, ainsi que le système de pilotage automatique et le système d'atterrissage par parachute. 

L'essai de qualification en vol du système de descente et de récupération de l'ARD a eu lieu en juillet 1996 en Méditerranée. Un modèle de l'ARD a été largué depuis un ballon stratosphérique à 23 km d'altitude et a démontré avec succès le déclenchement des opérations des parachutes jusqu'à l'amerrissage et la récupération.

ARD test recup 01.gif (83366 octets) 1998 ARD test.jpg (31354 octets)
ARD test recup 02.gif (117426 octets)

L'ARD sera exposé à la cité de l'Espace e de Toulouse jusqu'en avril 2004

1998 ARD expo toulouse 01.JPG (104349 octets)    1998 ARD expo toulouse 02.JPG (144069 octets)

    1998 V112 recup ARD 03.jpg (44310 octets)

La rentrée de l’ARD a été suivie par des avions de la NASA, mais ce sont les navires de la Marine Nationale Française, le remorqueur Le Révi assisté de la Frégate Prairial, qui ont assuré sa récupération. La capsule a été localisée grâce au signal émis par la balise SARSAT embarquée à son bord. Les opérations de récupération et de hissage sur le pont se déroulent de façon nominale. Puis dans les heures qui suivent, viennent les phases d'ouverture de la capsule, de contrôle de sûreté et de passivation des moteurs à hydrazine.

Avec l'ARD, pour la première fois, l'Europe maîtrise le " cycle complet " d'un vol spatial, du lancement à l'amerrissage et la récupération. Elle démontre ses capacités à réaliser la rentrée guidée et pilotée d'un véhicule spatial, rejoignant ainsi les USA, la Russie et le Japon qui, seuls jusqu'à présent, maîtrisaient l'ensemble de ces technologies.

Ce vol 503 devait aussi permettre la récupération des propulseurs EAP en mer après leur impact dans l' Océan, mais seul un booster est récupéré et ramené à Kourou. Un kit semblable avait été installé sur Ariane 501 en 1996, mais l' explosion du lanceur en vol avait fait échoué la manoeuvre.

21 et 22 octobre, V113, transfert du composite-satellite vers la zone de lancement.
23 octobre, V113, pose du composite satellites sur le lanceur Ariane et contrôles.

23 octobre, V114, érection du propulseurs d'appoint liquide numéro 1.

24 octobre, V113, répétition générale.

26 octobre, V114, érection du propulseurs d'appoint liquide numéro 2.

26 octobre, V113, revue d'aptitude au lancement et armements lanceur.

27 octobre, V114, érection du troisième étage.

27 octobre, V113, remplissage du premier étage, des PALs, et du deuxième étage en UH 25 et N2O4.
28 octobre, V113, remplissage 3e étage en oxygène et hydrogène liquides. 

ARIANE 44L V113

Lancement le 28 octobre à 19 h 16 locale. C'est le troisième lancements en un mois et le 40ème succès consécutif d'Ariane 4. Les paramètres de l'orbite de transfert géostationnaire calculés à l'injection du troisième étage sont:
Périgée : 185 km pour 185 (± 3) km visés,
Apogée : 35.949 km pour 35.937 (± 150) km visés,
Inclinaison : 6,5° pour 6,5° (± 0,06)° visés.

En octobre 1998, Arianespace a réalisé 3 lancements en 1 mois, V111, le 5 octobre, V112, le 21 octobre t V113, le 28 octobre. Michel Mignot, directeur du CSG arbore le tee shirt "Et 1, et 2 et 3...", alors que l'équipe de France vient de gagner la coupe du monde 3-0 contre les brésileins.

30 octobre, V112, arrivée des bateaux à Papeete.

6 novembre, V114, transfert du lanceur Ariane-en zone de lancement ELA-2.

13 novembre, V114, répétition de la chronologie lanceur.

16 novembre, V115, arrivée du satellite PanAmSat-6B à Kourou et stockage au bâtiment S1B. PanAmSat-6B est le 13ème satellite confié par la société américaine PanAmSat Corp à Arianespace. Construit par Hughes Space & Communications à El Segundo en Californie, d’une masse au décollage de 3594 kg et d’une puissance de 8 600 W., ce satellite assurera des services de télévision directe sur l’Amérique du Sud. Il est équipé de 32 répéteurs en bande Ku , 16 pour le faisceau Brésil et 16 pour le reste de l’Amérique latine. PanAmSat-6B est le second satellite mis en orbite par Arianespace en 1998 pour PanAmsat Corp. après PAS-7 en septembre dernier.

16 novembre, V114, arrivée du satellite Satmex-5 à Kourou et début de sa préparation au bâtiment S3B. Le conteneur abritant le satellite Samax-5 est débarqué de l'avion cargo Antonov 124 qu'exploite la compagnie HeavyLift/Volga Dnepr. Satmex-5, cinquième satellite mexicain de télécommunications, assurera la relève de Morelos-II à 116,8 degrés Ouest. Construit par Hughes Space & Communications à El Segundo en Californie, il a une masse au décollage de 4.144 kg et est équipé de 24 répéteurs en bande Ku et de 24 en bande C. Ce satellite d'une puissance dix fois supérieure à celle de son prédécesseur offrira des services complets de télécommunications, de diffusion de programmes de télévision, de téléphonie rurale, d'éducation et de médecine à distance, du Canada à la Terre de Feu.
17 novembre, V114, mise en veille du lanceur.

23 novembre, début de la campagne du lanceur Ariane 42L V115 avec l'érection du premier étage.

23 novembre, V114, début des opérations de remplissage du satellite Satmex-5 au bâtiment S3B.

24 novembre, V115, érection du deuxième étage.
26 et 27 novembre, V115, érection des propulseurs d'appoint liquide numéro 1 et 3.

26 novembre, V114, début des opérations combinées.
27 novembre, V114, encapsulation du satellite Satmex-5.
28 novembre, V114, transfert du composite-satellite vers la zone de lancement.
29 novembre, V114, pose du composite satellites sur le lanceur et contrôles.

30 novembre, V115, érection du troisième étage. Début de la campagne de préparation du satellite PanAmSat-6B au bâtiment S1B.

30 novembre, V114, répétition générale.

1 décembre, V115, transfert du satellite PanAmSat-6B du bâtiment S1B au bâtiment S3B.

1 décembre, V114, revue d'aptitude au lancement et armements lanceur.
2 décembre, V114, remplissage du premier étage, des PALs, et du deuxième étage en UH 25 et N2O4.
3 décembre, V114, remplissage 3e étage en oxygène et hydrogène liquides.

1998 V114 pad.JPG (65536 octets)

ARIANE 42L V114

Lancement le 6 décembre à 21 h 43 locale. Pour répondre aux besoins du client, l'injection en orbite de transfert géostationnaire a été optimisée en utilisant au mieux la réserve de performance du 3ème étage d'Ariane 4, opération dite OURS
Optimisation de l’Utilisation de la Réserve Statistique. Les paramètres calculés à l'injection du troisième étage sont :
Apogée : 21.607 km supérieurs aux 19.490 km minimum requis,
Périgée : 200.1 km pour 200 (± 7) km visés,
Inclinaison : 6,99 deg. pour 7,00° (± 0,06 deg.) visés.

 

L’Optimisation de l’Utilisation de la Réserve Statistique (OURS) découle de l’utilisation des ergols résiduels à bord de l’étage H10-3 en fin de combustion. Jamais consommés entièrement, ils constituent une marge de sécurité́ pour garantir la performance. Leur utilisation permet ainsi de disposer d’un surcroît de propulsion au profit du satellite, surcroît variable d’un vol à l’autre. En combinant PVA et OURS, il devenait possible de viser une orbite culminant à 33 448 km avec plus de 50 % de chances de l’atteindre, tout en garantissant à 99 % un apogée supérieur à 29 604 km. L’orbite qui en résulte, avec son apogée à 32 231 km, représente un gain de plus de 2 600 km par rapport à l’altitude minimale garantie, gain qui se transformera en kg d’ergols supplémentaires à bord du satellite et donc en durée de vie opérationnelle entendue. Un « plus » que le système Ariane pouvait proposer à ses clients.

 

10 décembre, V115, transfert du lanceur en zone de lancement ELA-2.

Début des opérations de remplissage du satellite PanAmSat-6B au bâtiment S3B.
14 décembre, V115, début des opérations combinées et la répétition de la chronologie lanceur.
15 décembre, V115, encapsulation du satellite PanAmSat-6B.

16 décembre, V115, transfert du composite-satellite vers la zone de lancement.
17 décembre, V115, pose du composite satellites sur le lanceur et contrôles.
18 décembre, V115, répétition générale.
19 décembre, V115, revue d'aptitude au lancement et armements lanceur.
20 décembre, V115, remplissage du premier étage, des PALs, et du deuxième étage en UH 25 et N2O4.
21 décembre, V115, remplissage 3e étage.

ARIANE 42L V115

Lancement le 22 décembre à 22 h 08 locale.

1998 V115 pad.jpg (92700 octets)    

C'est le 11ème succès de l'année et le 42ème lancements réussis de suite pour une fusée Ariane 4. Pour répondre aux besoins du client, l’injection en orbite de transfert géostationnaire a été optimisée en utilisant au mieux la réserve de performance du troisième étage. Les paramètres calculés à l’injection du troisième étage sont :
Périgée : 199.2 km pour 199.8 (± 3) km visés,
Apogée : 35.969 km pour 36.004 km visés,
Inclinaison : 7.00 pour 7.00° (± 0,05)° visés.

Date

Vol

Lanceur

Satellites

Commentaires

04/02/98

V  105

AR44LP
L475

BRASILSAT B3 & INMARSAT-3F5

300 000 kg mis en orbite

27/02/98

V 106

AR42P
L476

HOT BIRD 4

 

23/03/98

V 107

AR40
L477

SPOT 4

 

28/04/98

V 108

AR44P
L478

BSAT-1b & NILESAT-101

 100 eme PAP utilisé par Ariane 4.

25/08/98

V 109

AR44P
L479

ST-1

 

16/09/98

V 110

AR44LP
L480

PAS-7

12 eme lancement pour PanAmSat

05/10/98

V 111

AR44L
L481

W2 & SIRIUS 3

 

21/10/98

V 112

Ariane 503

ARD & MAQSAT 3

Qualification d' Ariane 5

28/10/98

V 113

Ariane 44L
L482

AFRISTAR and GE-5

4946 kg mis en orbite un record pour Ariane 44L

05/12/98

V 114

Ariane 42L
L483

SATMEX 5

L' injection en GTO optimisé par l' exploitation de la réserve de performance du troisième étage, OURS

21/12/98

V 115

Ariane 42L
L484

PAS-6B

11 eme lancement de l' année, seconde manoeuvre OURS