L'ESPACE PRIVEE


Comme pour les lanceurs conventionnels plus puissants, des compagnies privées ont présenté des projets de lanceurs légers, souvent avec le soutien et un financement de l'USAF. Ce phénomène s'est développé à partir des années 1980 quand la navette devait par ses nombreuses missions abaisser le coût de l'accès à l'espace. Le premier projet privée est celui de l'OTRAG à la fin des années 1970 qui sera abandonné au milieu des années 1980.

L'AFFAIRE OTRAG

Space Services Inc est la première société US à proposer un lanceur privée à propergol liquide Percheron constitué d'un cluster à ergols liquides surmonté d'un petit étage. Le lanceur explose sur son pad à Matagorda au Texas en août 1981. SSi va alors proposé le Conestoga un lanceur à poudre qui est lancé une première fois en 1982. SSi étudiera un Conestoga XL un lanceur cluster de 7 étages Castor à poudre. Un tir est réalisé en octobre 1995, un échec qui marque l'arrêt du programme.
 
SSI, PERCHERON, CONESTOGA

L'accident de la navette Challenger en 1986 va donner un souffle nouveau à l'industrie privée. Immobilisé pendant deux ans, le Shuttle ne reprend ses missions qu'à un rythme lent. Les difficultés budgétaires (coût d'un vol estimé à 350 millions $), les impératifs de sécurité, la longueur des remise en état après chaque vols limitent le marché du STS à 8-10 vols par an au maximum. Sous l'impulsion de l'USAF, le développement des lanceurs conventionnels est relancé à partir de 1988, pour pallier la déficience du Shuttle. Les missions prioritaires du DoD prenant tous les créneau disponibles, les charges commerciales se retournent d'une part vers Ariane, le lanceur européen et vers l'industrie privée. Ainsi  Space Services Inc après l'échec de son Percheron propose Conestoga, American Rocket Cie le ILV-1, E Prime Aerospace Corp le Astra B et Orbital Science Corp le lanceur aéroporté Pegasus.  
Pegasus est le premier lanceur aéroporté. Développé à partir de 1987 par OSC et Hercules (maintenant Alliant Techsystem) il peut placer 200 kg en LEO. Sa particularité est d'être lancé par un avion à 12 000 m d'altitude et une vitesse de M 0,8. La version originelle est lancé pour la première fois en avril 1990. Une version XL est testé en 1994 avec plus ou moins de succès. A partir de 2008, les vols se raréfient, un Pegasus est lancé en 2012 et un en 2013, totalisant 57 vols avec 6 échecs.
 
OSC, PEGASUS,

Pegasus avec un étage de base dérivé du Peacekeeper devient Taurus. Il est testé pour la première fois en 1994, depuis les installations de Vandenberg en Californie. Il réalise 9 vols jusqu'en 2011 avec 3 échecs. Un vol est programmé en 2016.
Avec Taurus, Orbital développe
un lanceur léger à poudre combinant comme premier étage un missile Peacekeeper et un étage supérieur Pegasus. Il reprend les bases d'exploitation du lanceur Scout de la NASA avec un coût réduit et un préavis de lancement court, depuis n'importe qu'elle base sans infrastructure pré positionnée,  pour programme de recherche militaire US DARPA. Taurus 1 est lancé en 1994 depuis vandenberg. Suivront 8 autres tirs jusqu'en 2011 avec des versions Taurus 2 et XL, dont 3 échecs.
A partir de 1999-2000, Orbital développe le Minotaur OSP SLV à partir du missile Minuteman pour les charges militaires US. Deux lancements réalisé en 2000 avec des charges scientifiques depuis Vandenberg. Le lanceur est aussi lancé de Wallop Island en Virginie en 2006. Fin 2013, on comptait 11 lancements.
En 2003, Orbital reconvertit les missiles Peacekeeper pour le programme OSP 2. Ainsi naissent le Minotaur 4 à 3 étages capable de placer 1700 à 200 km. Un premier tir depuis Vandenberg a lieu en avril 2010. 5 tirs sont réalisés jusqu'en 2011. Une version Minotaur 5 est lancé en 2013 pour mettre en orbite la sonde lunaire LADEE.

En 2008, Orbital Sciences travaille sur le lanceur Taurus II, un deux étage capable de placer 5750 kg en LEO. Ce lanceur est en développement dans le cadre du programme d'accès à ISS COTS Commercial Orbital Transportation Services de la NASA.
 

OSC, TAURUS et MINOTAUR

Lockeed martin Missile & Space Co développe sa famille des LMLV, Lockheed Martin Launch Vehicle. Basé sur le moteur Castor 4A et Orbus 21D des missiles Peacekeeper, le premier LMLV est un échec en 1995. Une version LMLV 2 avec un 4eme étage vole trois fois avant que le programme soit abandonné, faute de clients.
 
LMLV ATHENA

Les années 2000 marque un tournant dans l'espace privée avec l'arrivée des projets de vols suborbital pour des passagers "touristes". En 1996 est lancé le X Price, destiné à toute personnes ou organisation privée non gouvernementale qui parviendra à atteindre l'espace, soit une altitude de 100 km ave un véhicule volant.  Il est gagné par Richard Branson et son avion le SpaceShip 1 en 2004. Le milliardaire crée sa propre société de transport spatial Virgin Galatic et propose un vol suborbital à des touristes à bord du SS2, successeur du SS1, volant à 100 km d'altitude pour un vol en apesenteur de quelques minutes.
 
SPACESHIP ONE

Parallèlement se crée la première société de transport privée, Space X Space Exploration Technologies Corporation fondé par le millionnaire Elon Musk en 2002. Elle propose un petit lanceur le Falcon 1 en hommage au vaisseau de Starwars puis Falcon 9 plus puissant. pour répondre au programme de la NASA COTS qui prévoit de confier à des acteurs privés le transport d'une partie du fret et des équipages jusqu'à la station ISS.
 
Space X FALCON

 

LES PROJETS NON ABOUTIS

E Prime Aerospace Corp propose en 1987 la gamme des lanceurs Eagle, développés à partir des étages du missile Peacekeeper. Eagle sera lancé depuis l'île de l'Ascension et Vandenberg AFB. 4 versions sont proposées: Eagle à deux étages à poudre et un étage supérieur liquide capable de placer 1350 kh en LEO, Eagle S1 capable de placer 2700 kg en LEO et 935 kg en GTO, Eagle S3 (4500 kg en LEO et 2500 kg en SSO et Eagle S4, un Eagle S3 à trois étages solides et un étage supérieur rallumable en vol.
En novembre 1988, E Prime lance la première fusée commerciale du cap Canaveral. Loft 1, une mini-fusée suborbitale emporte 15 kg de charges utiles, des expériences en micro gravité lors d'un vol balistique. C'est le début des opérations de lancement commerciale aux USA. En 1990, le missile Peacekeeper est inclut dans les accords de réduction des armes nucléaire START, ce qui interdit à la compagnie de l'utiliser comme lanceur. En 1998, EPAC, en utilisant la technologie de base du Peacekeeper change son lanceur et développe le moteur ESM -9. L'année d'après, EPAC termine la commercialisation de son lanceur dérivé du missile Peacekeeper.

EPAC launch.jpg (58255 octets)

EER Systems Corporation a racheté SSI en 1990 pour poursuivre le développement des lanceurs Conestoga. L'échec de octobre 1995 a compromis l'avenir de l'entreprise.

CTA Inc avait en projet un lanceur léger Orbex 7E avec comme premier étage un Castor 4A XL et comme étage supérieur des orbus 7S. Il n'y aura pas de suite.

 

Aquila était un projet original qui utilisait des propergols à poudre et liquide (LOX) Des essais sont menés entre 1986 et 1993. American Rocket Cie, Amroc, prévoyait deux versions Aquila 21 et 31. Aquila 21 utilisait deux H-1800 latéraux et un en corps central pour l'étage de base, un Orbus 21 comme second étage et un Amroc U-75 comme étage supérieur. Aquila 31 utilisait trois H-1800 en strap comme étage de base.
Le H-1800 a une poussée de 100 tonnes. La tuyère est piloté par injection d'oxygène liquide dans le flux des gaz chaud. Chaque H-1800 pèse 37 tonnes avec 10 tonnes de poudre et 22 tonnes de LOX. Le moteur H-75 est hybride utilisant de la poudre et de l'azote comme comburant. Aquila peut placer 900 kg en LEO depuis la base de Vandenberg. Le premier vol était prévu pour 1995. Un essai de moteur H-1800 est un échec en 1988. Le projet à été abandonné en 1995.   

 

K1 est un lanceur à deux étages réutilisable développé par Lisler Aerospace Corp. La capacité de lancement est de 4600 kg en LEO et 1250 en SSO. Chaque étage est récupérable par parachutes et airbags. Le premier étage est baptisé LAP, Launch Assist Platform, le second OV, Orbital vehicle. Au sommet la coiffe avec la charge utile. K1 doit être lancé de la base de Womera en Australie et du Nevada Test Site aux USA.
Chaque étage est à propergols liquide (RP1 et LOX) alimentant un moteur dérivé du russe NK33 et 34

 

Le lanceur BA2 était développé par  Andrew Beal Aerospace Technologies pour les lancements commerciaux, 5800 kg en GTO. Il utilisait des moteurs à propergols liquide (RP1 et LOX) et devait être lancé depuis l'île de Sombrero, dans les Caraibes à partire de 2001. Le projet a été abandonné après les essais des second et troisième étage.

 

 

LA FUSEE DE TRUAX

Au début des années 1980, Robert Truax, ingénieur en fusée à la retraite (US NAval Rocket Center) a fabriqué son lanceur spatial capable d'amener un homme ou une femme dans l'espace avant d'être récupéré par parachute. Sa société Project Private Enterprise est basé chez lui à Saratoga Spring dans l'état de New York. R Truax avait proposé dans les années 1960, un gros lanceur Sea Dragon, capable de placer 550 tonnes en LEO.

 

truax fusee.jpg (252292 octets)truax moteurs.jpg (200148 octets)truax dessin.jpg (142148 octets)

truax 02.jpg (151710 octets)

La fusée Truax, Volksrocket, réalisé en aluminium, mesure 7,3 m de haut, 63 cm de diamètre pour une masse de 1400 kg. La capsule récupérable est pressurisée et calorifugée. A bord on trouve les commandes d'arrêt des moteurs, l'éjection de la cabine, les caméras TV, les contrôle d'oxygène, radio. trois fenêtres dont une devant permet à l'occupant de voir la terre depuis 100 km.
La fusée est équipée de 4 moteurs Rocketdyne LR01 alimentés par du RP1 et du LOX fournissant 454 kg de poussée chacun. pas de turbopompe, le propergol est envoyé dans la chambre à combustion par de l'hélium stocké dans une sphère sous 225 atm à -155°C. Une première fusée est fabriqué pour les essais au sol sur l'aéroport de Fremont près de San Fransisco. Robert Truax a aussi fabriqué des fusées pour les cascades de son ami Evel K Nievel. 

 
Space Transportation Cie

Spacetran, dirrigée par le Dr Klaus Heiss présentait en 1982 son projet de financement de la construction d'une 5eme navette US, à l'occasion de la conférence du 13 août 1982 à Vienne, intitulée "Espace privée" dans le cadre de Unispace 1982. Spacetran proposait de "financer" tout autre capacité de lancement nécessaire pour satisfaire les besoins des utilisateurs commerciaux et étrangers de la navette. Le financement de cette opération était estimé à 1 milliards $. Mais des études de marchée réalisées par la firme montraient que la demande potentielle d'utilisation du Shuttle pour les usages commerciaux et étrangers était d'environ 20 à 25% du marché total de la navette, ce qui correspondait précisément à la capacité que fournirait cette 5eme navette, 20 à 25% de la capacité totale des Shuttle.
L'idée intéressait la NASA, Spacetran avait de solides fonds auprès de banques New Yorkaises, mais il s'est avéré qu'une 5eme navette ne serait pas utile, car la proportion des vols du DoD dans les missions STS était tombée par 25%, au lieu de 50.
Spacetran a depuis laissé tomber cette idée et s'en est retourné vers Martin Marrieta, passant un accord pour l'exploitation commerciale des lanceurs Titan 3.

 

Pacific American Launch Systems Inc

La PALS, avec Gary Hudson à sa tête, le même qui avait étudié le projet Percheron proposait une fusée réutilisable, baptisée "Phoenix". Elle est équipée de 24 moteurs à propergols liquides et capable de lancer en orbite GEO des charges de 2200 à 4500 kg, après rendez-vous et ravitaillement automatique sur orbite basse. Hudson espèrait parvenir à un coût de 1 millions $ par vol.

 

Satellite Propulsion Inc

C'est une société regroupant d'anciens ingénieurs du JPL et d'Aerojet. Leur but est de réaliser des véhicules classiques, issues de la technologie existantes, mais moins chère que ceux disponible. La NASA a prévu de leur ouvrir ses portes en donnant des informations sur les lanceurs Delta, Scout et Minuteman.